L'ULB lance le projet CANDx pour avancer dans le traitement du cancer du sein

20/05/14 à 14:42 - Mise à jour à 14:42

Source: Le Vif

(Belga) L'ULB a annoncé mardi le lancement du projet CANDx qui "vise à obtenir de nouveaux outils tant diagnostiques que thérapeutiques pour le traitement des tumeurs mammaires agressives". Les recherches viennent de commencer sous la direction du Dr François Fuks, du laboratoire d'Epigénétique du Cancer (ULB).

L'ULB lance le projet CANDx pour avancer dans le traitement du cancer du sein

Le but du projet CANDx est d'obtenir de nouveaux outils tant diagnostiques que thérapeutiques pour le traitement des tumeurs mammaires agressives, et ce sur base de la lecture sur la totalité du génome, de la 6e lettre dans les tumeurs, peut-on lire dans le communiqué de l'ULB. A terme, l'équipe du Dr. Fuks espère détecter ces nouveaux marqueurs dans le sang des patientes. Ceci permettrait une détection précoce des cancers par une simple prise de sang, conduisant ainsi à des thérapies plus ciblées et efficaces. La région wallonne a alloué un budget de près de 1,6 million d'euros au projet. Le cancer du sein touche plus d'un million de personnes chaque année dans le monde. "Un problème clinique majeur est lié au fait que les cancers les plus agressifs ne disposent d'aucun marqueur prédictif efficace. Il y a donc un réel besoin de nouveaux outils diagnostiques pour les cliniciens afin de les aider dans la prise en charge des patientes", poursuit le communiqué. La spécificité du projet repose sur sa lecture de la "6e lettre" du génome dans les tumeurs. "Cette dernière met en lumière une nouvelle dimension du génome et est en passe de révolutionner notre compréhension des gènes. Elle ouvre notamment des possibilités inédites en oncologie puisque de récentes études ont impliqué des altérations d'hydroxyméthylation dans divers cancers, dont le mélanome, les leucémies et le cancer du sein. La lecture de cette 6e lettre semble d'ailleurs fournir de puissants biomarqueurs et devrait apporter des informations additionnelles et complémentaires aux marqueurs déjà connus", conclut le communiqué. (Belga)

Nos partenaires