Vols de Smartphones, les gouvernements à la traine

28/01/14 à 14:22 - Mise à jour à 14:22

Source: Le Vif

Les vols de Smartphones se multiplient partout dans le monde et la Belgique n'échappe pas au phénomène. Non seulement la fréquence des vols augmente, mais également le degré de violence qui les accompagne.

Vols de Smartphones, les gouvernements à la traine

© Image Globe

Selon les chiffres de "Phone House", un des leaders en matière de vente de produit multimédia, environ 420 Smartphones, toutes marques confondues, seraient volés chaque jour en Belgique.

L'augmentation fulgurante et globale de ce type de vols et la violence qui les accompagne la plupart du temps oblige la police et différents gouvernements à prendre des mesures.

Aux États-Unis par exemple, des unités spéciales ont été mises en place pour stopper le marché noir des téléphones volés. Un policier en civil revend des téléphones volés dans la rue et les autres policiers arrêtent les acheteurs. Autre exemple en Colombie, où le gouvernement a lancé une campagne de dissuasion pour les acheteurs à travers un spot télévisé.

Les opérateurs téléphoniques élaborent eux aussi des stratégies pour endiguer le phénomène. Ils placent, par exemple, les numéros des GSM volés sur des "Blacklist" et les cartes SIM sont bloquées à distances. Les fabricants de produits multimédias Apple et Samsung ont également mis en place, l'été dernier, de nouvelles mesures de sécurité. Elles ont permis aux consommateurs de rendre leurs appareils inutiles, une fois volés, afin d'empêcher leur revente sur le marché noir.

Mais tous ces efforts n'ont pourtant eu que très peu d'impact sur les vols de rue. Mika Laudhe, ancien responsable de la sécurité chez Nokia, interrogé par le "Huffington Post" explique : "Le problème, c'est que les gouvernements essayent de résoudre les problèmes nationalement. Or, si le GSM est placé sur "Blacklist" aux États-Unis, il suffit au voleur de traverser la frontière pour pouvoir le vendre ou l'utiliser sans crainte". Il conclut : "puisque ces téléphones bougent dans le monde, la solution doit être globale".

Nos partenaires