Philippe Lamberts
Philippe Lamberts
Co-président du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen
Opinion

28/10/17 à 11:30 - Mise à jour à 11:32

Vers une nouvelle crise financière ?

Dans le domaine de la régulation financière, l'amnésie politique et le recul législatif sont quasiment devenus la règle ces dernières années. Mais, ce qui s'est produit ce jeudi au Parlement européen restera sans doute à jamais gravé dans les annales de... l'ironie de l'histoire.

Vers une nouvelle crise financière ?

/ © Reuters

Flash-back. Nous sommes en juillet 2007, aux Etats-Unis, où vient d'éclater ce qui deviendra la plus grave crise financière depuis la Grande De?pression. Un mot un peu barbare pour les non-initiés fait soudain son apparition dans le langage courant : la "titrisation". Le monde découvre en effet avec stupeur et tremblement que les banques américaines ont fait preuve d'une double irresponsabilité. Non seulement, elles ont consenti à tour de bras des prêts immobiliers à des ménages américains aux revenus modestes (et à des taux d'intérêt variables et élevés). Mais, conscientes du risque financier qu'elles prenaient, elles se sont débarrassées de ces créances douteuses en les "titrisant", c'est-à-dire : en les vendant sous la forme de titres financiers à des fonds spéculatifs, des fonds de pension, mais également à d'autres banques, y compris européennes. Par le biais de cette "innovation financière", les banques américaines sont certes parvenues à se soustraire aisément aux règles de prudence, mais elles ont du même coup contribué à disséminer un risque de crédit à travers l'ensemble du système financier. La suite, nous la connaissons... particulièrement en Belgique.

"Mon véritable adversaire, c'est..."

Dès septembre 2008, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne chantent à l'unisson : "l'autorégulation pour régler tous les problèmes, c'est fini. Le laissez-faire, c'est fini". Désormais, l'Europe ne poursuit qu'un seul objectif : juguler la spéculation et les pratiques financières à risque à l'origine de la crise.

Mais, dix ans plus tard, le bilan de l'action européenne dans ce domaine est bien maigre : les réformes fondamentales tant espérées ne se sont pas matérialisées. Dans bien des cas, les mesures adoptées ne constituent que des modifications à la marge du cadre réglementaire.

Pire, une véritable "marche arrière" réglementaire est actuellement à l'oeuvre, dont le vote intervenu ce jeudi en séance plénière du Parlement constitue certainement la manifestation la plus emblématique. Un majorité d'eurodéputés s'est en effet prononcée en faveur de la relance du marché de... la titrisation ! Oui, vous avez bien lu.

Officiellement, le texte adopté - qui fait l'objet d'un accord conclu avec les ministres européens des Finances - vise à soutenir davantage le financement de l'économie réelle, en incitant les banques à octroyer plus de crédits aux Petites et Moyennes Entreprises (PME). Pourtant, la Banque centrale européenne (BCE) reconnaît elle-même que l'accès au financement constitue le "problème le moins important " pour les PME de la zone euro. Leur principal souci demeure en en effet la recherche de marchés et de clients dans un contexte marqué par l'austérité imposée par nos gouvernements. C'est dire combien les dirigeants de PME regardent avec, au mieux, indifférence ce projet de relance de la titrisation en Europe.

En réalité, le renouveau de la titrisation vise surtout à accroître la rentabilité des banques : vendre à des investisseurs des produits toxiques qu'ils ne comprennent pas, cela rapporte bien plus qu'octroyer des prêts aux particuliers et aux entreprises. En outre, par le biais de la titrisation, les banques peuvent alléger leurs bilans des encours immobiliers, dont les volumes sont significatifs.

Un signal d'alerte

Dès le début des négociations entourant ce texte législatif, les eurodéputés écologistes ont tenté de limiter les dégâts en proposant, par exemple, d'obliger les banques à retenir dans leur bilan une part plus importante du risque lié à leurs créances titrisées. Ou encore, de restreindre leur capacité d'investir dans des produits titrisés émis par d'autres banques. Malheureusement, ils se sont vites retrouvés en minorité. Le lobbying intense exercé par l'industrie financière a en effet incité une majorité d'eurodéputés à diluer encore un peu plus la proposition déjà excessivement faible élaborée par la Commission européenne.

La relance de la titrisation au sein de l'Union européenne constitue un signal très alarmant. Elle démontre combien les leçons de la crise financière de 2007 n'ont pas été tirées par nos dirigeants politiques. Faute d'un sursaut de conscience et de lucidité de leur part, la poursuite de la "marche arrière" réglementaire plongera tôt ou tard l'Europe dans de nouvelles turbulences financières, dont le contribuable sera à nouveau la principale victime.

Nos partenaires