USA: un tireur blanc tue neuf personnes dans une église de la communauté noire de Charleston

18/06/15 à 06:20 - Mise à jour à 20:21

Source: Belga

Une fusillade s'est produite dans une église noire de Charleston en Caroline du sud (sud-est des Etats-Unis) mercredi soir, a indiqué la police, et elle a fait pusieurs victimes, selon des médias locaux.

USA: un tireur blanc tue neuf personnes dans une église de la communauté noire de Charleston

© REUTERS

Le tireur blanc a réussi à prendre la fuite et est activement recherché. La police a indiqué être toujours à la poursuite d'un homme blanc, âgé d'une vingtaine d'années, aux cheveux blonds et glabre, portant un jean et des grosses chaussures.

"Nous avons pu constater qu'il y avait huit individus décédés à l'intérieur de l'église", a expliqué le chef de la police, Gregory Mullen, au cours d'une conférence de presse. Il a précisé que l'un des deux blessés, transportés à l'hôpital le plus proche, y était décédé.

"A ce stade nous avons neuf victimes de ce crime hideux", a-t-il dit, estimant qu'il s'agissait "d'un crime motivé par la haine".

La fusillade s'est produite vers 21H00 locales, dans l'une des plus vieilles églises noires de la ville, l'Emanuel African Methodist Episcopal Church. Le tireur a fait feu pendant une séance d'étude de la bible.

Malgré un très important déploiement des forces de l'ordre, y compris des moyens aériens, le tireur, que le chef de la police a qualifié de "très dangereux", n'avait toujours pas été retrouvé cinq heures après le drame.

C'est un nouveau coup dur pour la communauté noire aux Etats-Unis. Même s'il s'agit à Charleston d'un incident de nature très différente, elle avait déjà été très éprouvée depuis l'été dernier par plusieurs homicides commis par des officiers de police blancs sur des hommes noirs non armés.

Ces actes, qui restent souvent impunis, ont ravivé les tensions raciales dans le pays et renforcé la communauté dans l'idée que la vie des Noirs ne compte pas autant que celle des Blancs.

La gouverneure de Caroline du sud Nikki Haley a appelé à la prière "en soutien aux victimes de cet acte incompréhensible".

Jeb Bush, le républicain candidat à la présidentielle et qui devait se rendre à Charlotte pour un meeting électoral, a lui aussi indiqué sur son compte Twitter, que "nos pensées et nos prières vont aux individus et aux familles touchées par les tragiques événements de Charleston".

"Des nouvelles terribles de Charleston - mes pensées et mes prières sont avec vous tous", a aussi twitté Hillary Clinton, candidate démocrate à la présidentielle, qui était en réunion électorale à Charleston mercredi.

Le président Obama dénonce des "meurtres insensés"

Le président américain Barack Obama a dénoncé jeudi des "meurtres insensés" après une fusillade qui a fait neuf morts dans une église de la communauté noire de Charleston, appelant une nouvelle fois à mieux encadrer les ventes d'armes à feu.

Evoquant sa "tristesse" et sa "colère", M. Obama a souligné qu'il était "particulièrement douloureux" d'assister à une fusillade "dans un lieu où nous cherchons le réconfort et la paix, un lieu de prière".

L'auteur présumé de cette fusillade menée mercredi soir, Dylann Roof, jeune homme blanc de 21 ans, a été arrêté jeudi.

"Nous ne disposons pas de tous les éléments mais nous savons qu'une nouvelle fois des innocents ont été tués notamment parce que quelqu'un qui leur en voulait n'a eu aucun mal à se procurer une arme", a déclaré M. Obama, au côté du vice-président Joe Biden.

"Nous devons admettre le fait que ce type de violence n'arrive pas dans d'autres pays développés, cela n'arrive pas avec la même fréquence", a-t-il poursuivi.

"Et nous pouvons faire quelque chose", a-t-il encore dit. "A un certain moment, le peuple américain va devoir affronter cette réalité (...) nous devons être capables de faire évoluer notre façon de penser sur les violences par armes".

En décembre 2012 déjà, après le massacre de 20 écoliers dans le Connecticut, M. Obama avait souligné avec force la nécessité de légiférer sur ce sujet. Mais, en dépit de l'émotion suscitée par cette tragédie, il s'était une nouvelle heurté à la farouche opposition du Congrès sur ce sujet.

"Le fait que cela ait eu lieu dans une église noire soulève évidemment des questions sur une page sombre de notre histoire", a encore ajouté le président des Etats-Unis.

"Ce n'est pas la première fois que des églises noires ont été attaquées et nous savons que la haine entre religions et entre races représente une réelle menace pour notre démocratie et nos idéaux", a encore ajouté M. Obama qui s'est ensuite envolé pour la Californie, où il doit participer à des levées de fonds pour le parti démocrate.

En savoir plus sur:

Nos partenaires