Unanimement, la presse arabe condamne l'attentat à Charlie Hebdo

08/01/15 à 12:27 - Mise à jour à 12:27

Source: Belga

Plusieurs journaux dans le monde arabe s'inquiétaient jeudi d'une montée de l'islamophobie en Occident après l'attaque sanglante contre l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo aux cris d'"Allah Akbar".

Unanimement, la presse arabe condamne l'attentat à Charlie Hebdo

La home du site El Watan. © elwatan.com

L'attentat "met les musulmans dans l'embarras car les groupes extrémistes européens vont exploiter l'incident pour attiser l'islamophobie", écrit le quotidien saoudien Al-Charq, en soulignant que les extrémistes des deux bords "portent atteinte aux communautés musulmanes" en Occident. "Les regards vont de nouveau être braqués sur la communauté musulmane de France et de la majorité des pays d'Occident comme ce fut le cas après le 11-septembre", prévient également le journal algérien El Watan. "Le terrorisme égorge la liberté d'expression et poignarde l'islam", juge pour sa part le journal arabophone tunisien Assabah. Unanimement, la presse arabe condamne l'attentat qui a coûté la vie mercredi à 12 personnes à Paris, dont certains des plus grands caricaturistes français. Titrant son éditorial "Je suis Charlie", qui revient comme un leitmotiv sur les réseaux sociaux, le journal francophone libanais L'Orient-le-Jour dénonce des "procédés pervers qui visent à radicaliser les plus modérés". La mort de ces 12 personnes "nous rallie derrière cette belle exception culturelle française qui accepte que toute vérité soit bonne à dire tant qu'elle est dite avec intelligence et courage", écrit-il. Les caricaturistes "Charb, Cabu, Wolinski et Tignous sont morts pour la liberté d'expression", salue le quotidien marocain Libération. Des rassemblements de soutien sont prévus vendredi et samedi à Rabat et Casablanca.

"Clash de civilisations"

En Israël, la presse estime largement que le massacre à Charlie Hebdo s'inscrit dans un "clash de civilisations" entre le monde libre et l'islam radical. "C'est une grosse erreur de considérer que l'attaque est une attaque contre la liberté de la presse (...) Son but était de montrer et de prouver qui contrôle les rues et les consciences des Français, le libéralisme occidental républicain ou l'extrémisme musulman. C'est une guerre de civilisations et pas juste une autre campagne d'intimidation", écrit le Yedioth Ahronot.

En savoir plus sur:

Nos partenaires