Un homme a trouvé la solution pour résoudre le problème de sans-abris

08/05/15 à 11:29 - Mise à jour à 12:07

Source: Le Vif

Sam Tsemberis est psychologue. C'est un peu par hasard qu'une idée inédite lui est venue pour venir en aide aux sans-abris. Mise en place depuis plusieurs années dans de nombreuses villes américaines, il s'est avéré que sa méthode est extrêmement efficace et durable.

Un homme a trouvé la solution pour résoudre le problème de sans-abris

© iStock

Les spécialistes s'accordent à dire que les résultats de cette méthode sont surprenants, rapporte le Washington Post qui a rencontré Sam Tsemberis. Elle a, depuis sa création, convaincu de nombreux politiques à travers le pays. Le mois dernier, les autorités de l'Utah ont déclaré qu'il avait pratiquement réussi à éradiquer le nombre de SDF dans cet État.

Quelle est l'idée révolutionnaire qui a permis à Tsemberis de reloger des sans-abris aussi facilement ? Il leur a donné un toit, tout simplement. Cela peut paraitre simpliste, mais c'est bien ce qui a permis de résoudre le problème de nombre d'entre eux. "Donnez un foyer à un sans-abri et vous résoudrez les problèmes de marginalisation", affirme Sam Tsemberis.

Si pour le commun des mortels cela peut sembler logique d'offrir un toit à quelqu'un qui n'en a pas, pour les autorités il est loin d'être évident de loger un toxicomane, un alcoolique ou un schizophrène sans exiger de conditions préalables. C'est exactement ce que Tsemberis propose.

Cela fait des années que les centres d'aide aux sans-abris travaillent sur des systèmes de récompense : supprime une dépendance, on t'offrira un toit. Prends tes médicaments, on te donnera des conseils. Mais le modèle de Tsemberis, appelé "logement d'abord" a inversé cette logique. Selon lui, une personne a de meilleures chances d'évoluer positivement si elle est installée dans un logement stable.

Tsemberis a suivi pendant plusieurs années les 139 premières personnes qui ont été relogées immédiatement. Il s'est avéré que 85 % d'entre elles étaient restées dans leur logement. Le psychologue a alors publié les résultats de ses expériences dans des magazines scientifiques renommés, ce qui a enflammé le débat au sein des organismes d'aide aux SDF.

Quelques années plus tard, le gouvernement fédéral a testé le modèle sur 734 sans-abris dans 11 villes. Il s'est avéré que le taux de toxicomanie avait été considérablement réduit et que les coûts liés à la santé avaient été diminués de moitié.

De plus, cette méthode, contrairement à ce que l'on pourrait croire, coûte beaucoup moins cher aux autorités. Dans l'Utah, les coûts de santé, de prison et de police liés aux sans-abris représentaient 20.000 dollars par personne. Après un relogement, cela ne coûte plus que de 12.000 dollars par personne.

En savoir plus sur:

Nos partenaires