Un ex-haut fonctionnaire de la justice américaine admet qu' Edward Snowden a rendu service à l'intérêt général

31/05/16 à 15:33 - Mise à jour à 15:31

Source: The Guardian

L'ex-procureur général des Etats-Unis, Eric Holder, a déclaré dans une interview qu'il admettait que les révélations d'Edward Snowden sur les stratégies de surveillance de la NSA (l'agence nationale de sécurité américaine) avaient contribué à rendre service à la société américaine

Un ex-haut fonctionnaire de la justice américaine admet qu' Edward Snowden a rendu service à l'intérêt général

Edward Snowden lors d'une vidéoconférence donnée pour l'académie de Molde, en Norvège, 2015. © REUTERS

"Nous pouvons certainement débattre de la manière dont Edward Snowden a fait ce qu'il a fait, mais je pense qu'il a en réalité rendu service au public en élevant le débat dans lequel nous nous sommes engagés, et par les changements que nous avons apportés", a confessé Mr. Holder dans un débat diffusé sur l'émission The Axe Files. "Maintenant, j'aimerais dire que ce qu'il a fait ­- et la manière dont il l'a fait - était inapproprié et illégal", a-t-il tout de même rajouté. Il invite le lanceur d'alerte à plaider coupable, tout en déclarant que la justice devrait reconnaître sa contribution à l'intérêt général.

S'il a été remplacé en 2015, Eric Holder était, au moment des faits, encore dans ses fonctions de procureur général. Aux Etats-Unis, ce poste désigne le chef du système judiciaire fédéral américain et son détenteur est directement désigné par le Président.

Edward Snowden était, en juin 2013, à l'origine une des plus grosses fuites de documents secrets de l'histoire américaine, en révélant notamment l'existence d'un programme de surveillance massive appelé PRISM. Cette stratégie mis en place par la NSA implique d'énormes collectes de données personnelles et un profilage des citoyens, peu importe qu'ils présentent ou non de liens avec une potentielle menace. Sans oublier l'espionnage d'institutions internationales, comme, par exemple, le Conseil européen.

Edward Snowden est depuis accusé de trahison, ainsi que d'avoir "fait du mal aux intérêts américains". Basé à Hong Kong au moment des révélations, il a depuis trouvé refuge en Russie. Et a déclaré plusieurs fois qu'il ne remettrait un pied sur le territoire américain qu'à condition d'obtenir la promesse d'un procès équitable.

En réponse aux déclarations d'Eric Holder, Edward Snowden s'est fendu sur Twitter d'un commentaire teinté d'ironie.

Traduction

2013: C'est une trahison!

2014: Peut-être pas, mais c'était téméraire

2015: Tout de même, techniquement c'était illégal

2016: C'était un servic d'intérêt général mais

2017:

Les récentes déclarations pourraient-elles faire pencher la balance dans le sens d'un retour au pays du lanceur d'alerte ? Rien n'est moins sûr. La méfiance d'Edward Snowden envers la justice américaine semble maximale. Et ce n'est pas les présidentielles à venir qui devraient lui faire changer d'avis. En 2013, Donal Trump insinuait qu'il méritait la peine capitale, rapporte le Guardian.

Par A.S.

En savoir plus sur:

Nos partenaires