Un Américain tente l'ascension du Mont Blanc avec ses enfants pour "battre un record du monde" (vidéo)

29/07/14 à 06:27 - Mise à jour à 06:27

Source: Le Vif

Un maire d'une commune des Alpes françaises, proche du Mont-Blanc, a porté plainte lundi pour "mise en danger de la vie d'autrui" après la diffusion d'une vidéo montrant un Américain tentant l'ascension du plus haut sommet d'Europe avec ses enfants de 9 et 11 ans pour "battre un record du monde".

Un Américain tente l'ascension du Mont Blanc avec ses enfants pour "battre un record du monde" (vidéo)

© V.G.

Jean-Marc Peillex, maire de Saint-Gervais, a déposé une plainte à la gendarmerie pour, a-t-il expliqué, "siffler la fin de la récréation". "Ce geste inadmissible mérite que cette personne soit poursuivie", a-t-il ajouté.

Les mésaventures de Patrick Sweeney et de ses deux enfants, Shannon, 11 ans, et P.J., 9 ans, ont fait l'objet d'une vidéo choc, diffusée le 13 juillet sur la chaîne américaine ABC News.

Au cours de cette ascension, dans le couloir du Goûter (vers 3.700 m), les deux enfants avaient été pris dans un début d'avalanche et emportés sur quelques mètres. Ils avaient pu être rapidement secourus par leur père, qui avait mis un terme à l'ascension.

Selon la vidéo, le père voulait "battre le record du monde des plus jeunes alpinistes atteignant le sommet". On peut y voir les enfants, attachés à leur père, être emportés par le début d'avalanche et commencer à glisser dans la pente. "J'ai d'abord entendu le cri perçant de P.J. et ensuite celui de Shannon et la seule chose à laquelle j'ai pensé c'est d'enterrer mon piolet pour faire une bonne ancre", a raconté le père, présenté comme "un alpiniste expérimenté". "J'étais coincé parce que Shannon et moi étions l'un sur l'autre, c'était dur de se relever au début", a dit pour sa part P.J, qui, comme son père, se dit "impatient" de retourner en montagne.

"Quand on tombe dans ce couloir, on est mort. Les rescapés sont peu nombreux. Et il indique sa volonté de revenir? Qu'est-ce que cela veut dire? Je ne les ai pas tués cette année mais j'essaierai de nouveau l'année prochaine...", a ironisé M. Peillex qui souhaite une plus grande sévérité des pouvoirs publics à l'encontre de ce type d'"hurluberlu".

En savoir plus sur:

Nos partenaires