Ukraine: l'armée est autorisée à faire usage de ses armes

19/02/14 à 20:46 - Mise à jour à 20:46

Source: Le Vif

L'armée ukrainienne peut désormais faire usage de ses armes et limiter la circulation, dans le cadre des mesures antiterroristes prises par les autorités pour neutraliser les "extrémistes" présents parmi les manifestants, a indiqué mercredi le ministère de la Défense.

Ukraine: l'armée est autorisée à faire usage de ses armes

© AFP

"Les troupes ont le droit d'utiliser leurs armes dans le cadre de l'opération antiterroriste", a indiqué le ministère dans un communiqué. Les soldats ont désormais aussi le droit de "limiter ou interdire la circulation des transports et des piétons", a-t-il ajouté. Les militaires peuvent aussi effectuer des contrôles d'identité et arrêter les personnes ayant commis des "actes illégaux".

Le service de sécurité ukrainien (SBU) a annoncé mercredi le lancement d'une opération "anti-terroriste" à travers le pays, sans préciser la nature des mesures envisagées après le regain de violences qui a fait 26 morts à Kiev, dont ils accusent des groupes "extrémistes".

Une forme d'état d'urgence qui ne dit pas son nom a d'ores et déjà été mis en place depuis mardi à Kiev, où l'ensemble des stations de métro sont fermées et où la circulation automobile est limitée dans le centre-ville, aux environs du Maïdan, place centrale de Kiev, occupée depuis près de trois mois par les manifestants hostiles au président Viktor Ianoukovitch. La circulation routière en direction en Kiev est également limitée depuis mardi minuit.

Les policiers antiémeute ont donné mardi soir l'assaut contre les manifestants sur le Maïdan, les délogeant d'une partie de la place sans toutefois les chasser complètement. "Le but principal de l'opération antiterroriste est (...) de protéger les civils et éviter une guerre civile", assure le ministère.

Les violents affrontements entre manifestants et policiers ont horrifié Européens et Américains, qui évoquent désormais l'adoption de sanctions contre les responsables de la répression.

En savoir plus sur:

Nos partenaires