Syrie: les USA menacent de geler la coopération avec le Russie

28/09/16 à 18:22 - Mise à jour à 18:21

Source: Belga

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a menacé mercredi son homologue russe Sergueï Lavrov de geler toute coopération sur la Syrie à moins que Moscou mette fin aux bombardements sur la ville d'Alep, a rendu compte le département d'Etat.

Syrie: les USA menacent de geler la coopération avec le Russie

Kerry et Lavrov, le 10 septembre 2016 © Belga Image

Lors d'une nouvelle conversation téléphonique entre les deux ministres, l'Américain a informé le Russe que "les Etats-Unis se préparent à suspendre leur engagement bilatéral avec la Russie sur la Syrie, notamment la mise sur pied d'un centre conjoint" de coordination militaire tel qu'il était prévu par un accord américano-russe signé à Genève le 9 septembre mais qui a volé en éclats dix jours plus tard.

Cette collaboration entre Moscou et Washington, que John Kerry a défendue jusqu'au bout pendant des mois, sera abandonnée à moins que "la Russie prenne des mesures immédiates pour mettre un terme à l'assaut sur Alep et rétablisse la cessation des hostilités", qui a pris "fin" le 19 septembre par la décision de l'armée syrienne en pleine Assemblée générale de l'ONU à New York.

La guerre a repris depuis de plus belle contre la ville martyre d'Alep et sa partie orientale tenue par les rebelles tandis que les efforts diplomatiques des Etats-Unis ont été réduits à néant.

Les deux plus grands hôpitaux de la partie rebelle d'Alep ont été touchés par des bombardements qui sont, selon des ONG et des habitants, des attaques délibérées du régime syrien et de son allié russe pour y annihiler les infrastructures.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dénoncé mercredi devant le Conseil de sécurité de l'ONU des "crimes de guerre".

"Le secrétaire d'Etat Kerry a fait part de sa très grave préoccupation quant à la dégradation de la situation en Syrie, en particulier les attaques continues du régime syrien et de la Russie contre des hôpitaux, le réseau d'adduction d'eau et d'autres infrastructures municipales à Alep", a rendu compte son porte-parole John Kirby dans un communiqué.

John Kerry "a dit clairement que les Etats-Unis et leurs partenaires tenaient la Russie pour responsable de la situation, notamment pour le recours à des bombes incendiaires (...) en ville, une grave escalade (du conflit) qui expose les populations civiles à un plus grand risque", selon le département d'Etat.

En savoir plus sur:

Nos partenaires