Syrie: les rebelles abattent un hélicoptère, nouvelle risposte turque à la frontière

05/10/12 à 19:56 - Mise à jour à 19:56

Source: Le Vif

Un hélicoptère de l'armée a été abattu vendredi dans une banlieue de Damas par les rebelles alors que les tensions restaient vives à la frontière turque, Ankara ripostant à un nouveau tir syrien, selon la télévision turque.

Syrie: les rebelles abattent un hélicoptère, nouvelle risposte turque à la frontière

© Image Globe

Au moins 68 personnes, dont 28 soldats et 21 civils, ont péri dans les violences à travers le pays vendredi, selon un bilan provisoire de l'OSDH. Après une escalade à la frontière cette semaine, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait prévenu que Damas paierait "un prix élevé" en cas de nouveaux tirs sur le territoire turc.

Les troupes turques avaient bombardé mercredi et jeudi des cibles --tuant plusieurs soldats syriens-- en riposte à des tirs syriens sur le village turc d'Akçakale ayant tué cinq civils.

Sur le terrain, un hélicoptère de l'armée a été abattu par les rebelles alors qu'il bombardait le secteur de la Ghouta orientale, près de la capitale, a déclaré le président de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

L'Armée syrienne libre (ASL), composée de déserteurs et de civils ayant pris les armes, a basé ses unités les plus organisées dans cette banlieue est de Damas.

Depuis le début de la révolte contre le régime en mars 2011, qui s'est militarisée face à la répression, la rébellion a annoncé à plusieurs reprises avoir abattu des hélicoptères ou des avions de l'armée qui bombardent sans relâche leurs positions.

Dans la ville de Homs, le quartier de Khaldiyé a subi les bombardements les plus violents en cinq mois de part des forces du régime, selon l'OSDH. "C'est la première fois que l'armée utilise des avions de combats à Homs", troisième ville de Syrie, a déclaré Rami Abdel Rahmane.

Le chef du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition syrienne, a accusé vendredi le régime de Damas d'avoir voulu "exporter la crise syrienne" en bombardant cette semaine le village turc d'Akçakale.

Après ces tirs, à Akçakale, plusieurs chars et pièces d'artillerie, dont les canons visent ostensiblement le territoire syrien, ont été déployés.

Le gouvernement turc a obtenu le feu vert du Parlement pour poursuivre les opérations militaires en territoire syrien.

Après de longues tractations entre les pays occidentaux et la Russie, un allié du régime Assad, le Conseil de sécurité de l'ONU a dénoncé jeudi le bombardement syrien contre le village turc et appelé les deux pays voisins à la retenue.

Mais, vendredi soir, la télévision turque a fait état d'une nouvelle riposte d'Ankara à de nouveaux tirs syriens sur le territoire turc.

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires