Syrie: les Kurdes chassent l'EI d'une base clé au nord de Raqa

23/06/15 à 07:02 - Mise à jour à 07:04

Source: Belga

Les forces kurdes syriennes, appuyées par les frappes aériennes de la coalition antijihadiste dirigée par les Etats-Unis, ont chassé lundi les combattants du groupe Etat islamique (EI) d'une base clé au nord de Raqa, principal fief de l'EI en Syrie, selon une ONG.

Syrie: les Kurdes chassent l'EI d'une base clé au nord de Raqa

A Kurdish fighter mans a checkpoint at the entrance of the town of Tel Abyad, Raqqa governorate. © REUTERS

Il s'agit du deuxième revers en une semaine infligé par les Kurdes à l'EI après la capture de Tall Abyad, important point de transit pour les jihadistes à la frontière turque.

"Les Unités de protection du peuple kurde (YPG), soutenues par la coalition, ont pris la totalité de Liwa 93 (Brigade 93), situé à 56 km au nord de Raqa, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Les lignes de défense de l'EI se sont déplacées aux portes de la ville de Raqa", rendant vulnérable cette capitale de facto de l'EI en Syrie, a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Cette base "était aussi importante pour l'EI car elle surplombe les routes reliant Raqa à ses fiefs dans les provinces d'Alep (à l'ouest) et de Hassaké (à l'est)", selon lui.

L'EI tenait cette base militaire depuis qu'il en chassé les forces du régime syrien à l'été 2014.

"Les Kurdes ont également pénétré dans les quartiers périphériques de la ville d'Aïn Issa, proche de la Brigade 93 (...), cette ville est de facto tombée militairement avec la chute de la base", précise M. Abdel Rahmane.

Si les YPG prennent Aïn Issa, cela serait la troisième position importante perdue en quelques jours par l'EI dans la province de Raqa, bastion des jihadistes.

Grâce aux frappes de la coalition internationale, les Kurdes parviennent à infliger revers après revers à l'organisation extrémiste depuis le début de l'année, avec la reprise de la ville kurde de Kobané dans le nord de la Syrie.

Le Pentagone annonce la mort d'un recruteur de l'EI dans un raid sur l'Irak

Par ailleurs, un important recruteur du groupe Etat islamique (EI) a été tué dans un raid de l'aviation américaine le 15 juin à Mossoul, dans le nord de l'Irak, a annoncé lundi un porte-parole du Pentagone, le colonel Steve Warren.

Tareq ben al-Tahar ben al Faleh al-Awni al-Harzi "intéressait" par ailleurs les autorités américaines pour son rôle présumé dans l'attaque contre le consulat américain de Benghazi le 11 septembre 2012, qui avait coûté la vie à l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye, Christopher Stevens, et à trois autres Américains.

"Sa mort va affaiblir les capacités de l'EI à intégrer des jihadistes originaires d'Afrique du Nord sur les fronts irakien et syrien, et élimine un homme ancré dans le terrorisme international de longue date", a souligné le colonel Warren dans un communiqué.

Le département d'Etat américain, estimant que son rôle consistait à fournir à l'EI son contingent de kamikazes, avait proposé début mai une récompense de 3 millions de dollars pour des informations à son sujet.

Ce djihadiste d'origine tunisienne avait été interrogé par un tribunal de Tunis sur l'attaque contre le consulat américain de Benghazi, avant d'être relâché en janvier 2013. Le 21 décembre 2012, il avait été longuement interrogé dans la capitale tunisienne par quatre agents de la police fédérale américaine (FBI).

Le Trésor américain avait répertorié en septembre ce jihadiste comme étant l'un des premiers à avoir rejoint les rangs de l'EI, avant de prendre des responsabilités dans le califat proclamé par le groupe jihadiste sur les territoires qu'il contrôle en Irak et en Syrie.

Les Etats-Unis sont à la tête d'une coalition internationale qui mène des frappes aériennes contre les positions de l'EI dans ces deux pays.

En savoir plus sur:

Nos partenaires