Si Poutine s'enlise en Syrie...

14/12/15 à 10:52 - Mise à jour à 10:52

Source: Le Vif/l'express

Déploiement aéronaval impressionnant, bombardements massifs... Pourtant, plus de deux mois après son entrée en action, la Russie ne parvient pas à modifier le cours de la guerre. Et déjà une question émerge pour le Kremlin : le spectre du bourbier afghan peut-il resurgir ?

Vu de Moscou, la guerre a des airs de superproduction hollywoodienne. Depuis l'entrée en action de l'aviation russe, le 30 septembre, les écrans sont saturés de vidéos d'avions s'envolant en mission, de bombardiers larguant des tapis de bombes sur Raqqa, le QG syrien de Daech, d'images satellites montrant des cibles terroristes détruites. Au journal de 20 heures, c'est Top Gun tous les jours, raconté par les journalistes vedettes des principales chaînes, embedded ("embarqués") sur la base aérienne de Lattaquié, sur le port de Tartous ou sur des navires de guerre. Les pilonnages sont massifs. Avec environ une centaine de raids par jour, la Russie totalise déjà 7 000 frappes en dix semaines.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires