RDC: le Front citoyen met en cause des FARDC et Kabila dans les massacres de Béni

15/08/16 à 22:00 - Mise à jour à 22:00

Source: Belga

Le "Front citoyen 2016", qui prône le strict respect du principe de l'alternance politique en République démocratique du Congo (RDC) à l'approche d'élections incertaines, a mis lundi en cause certains officiers supérieurs de l'armée congolaise et même le président Joseph Kabila pour leur responsabilité dans les massacres à répétition commis dans la région de Béni (est de la RDC) dont le dernier, attribué à des rebelles ougandais, a fait au moins 51 morts dans la nuit de samedi à dimanche.

RDC: le Front citoyen met en cause des FARDC et Kabila dans les massacres de Béni

Joseph Kabila. © BELGA

"Ces crimes odieux, qui ont coûté la vie à des dizaines de compatriotes civils, parmi lesquels des femmes, surviennent seulement deux jours après que le chef de l'État, Joseph Kabila, ait séjourné dans cette région", a souligné le Front citoyen dans un communiqué adressé à l'agence Belga. M. Kabila avait à cette occasion affirmé avoir pris des dispositions, en coopération avec les services de renseignements ougandais, afin que la population locale ne puisse plus revivre ce cauchemar".

Le Front Citoyen 2016 ajoute noter avec regret que le président Kabila et son gouvernement ont totalement échoué à ramener la paix dans cette région depuis plus d'une année, soit par mauvaise foi, soit par faiblesse, ou encore par complicité de leurs propres services de défense et de sécurité, au profit de l'ennemi.

Cette plateforme de l'opposition et de la société civile souligne encore "qu'il est à ce jour clairement établi que certains officiers supérieurs au sein de la chaîne du haut-commandement militaire de l'armée congolaise, tel que le général Mundos Akili qui est nommément cité dans le dernier rapport des Nations Unies, sont directement impliqués dans ces tueries qui ont coûté la vie à des centaines de compatriotes, ce qui expliquerait l'indifférence et le silence des institutions judiciaires et politiques congolaises".

Le Front Citoyen 2016 ajoute qu'il ne "peut plus s'empêcher de conclure que le président Kabila, commandant suprême des Forces armées de la RDC (FARDC) et garant de l'intégrité du territoire, pourrait être le véritable responsable de l'insécurité dans cette région en vue notamment de pérenniser une terreur quasi-généralisée dans plusieurs coins du pays pendant cette période cruciale où les citoyens congolais attendent avec impatience, la fin de son régime, et l'avènement de la première alternance démocratique au sommet de l'État".

Par conséquent, conclut-il, le chef de l'État doit "démissionner". La plate-forme va encore plus loin. Elle suggère que M. Kabila "pourrait être le véritable responsable de l'insécurité" à Beni, afin de "pérenniser une terreur quasi-généralisée dans plusieurs coins du pays" alors que les "Congolais attendent la fin de son régime, et l'avènement de la première alternance démocratique au sommet de l'État".

Le Front Citoyen 2016 ajoute qu'il va "incessamment" relancer la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, afin qu'elle ouvre une enquête conformément aux critères du statut de Rome. "En outre, au vu de la récurrence des faits ainsi que des soupçons de complicité, le Front Citoyen 2016 estime que le président de la République (Joseph Kabila, ndlr), doit soit démissionner, soit être poursuivi pour haute trahison conformément aux articles 165 et 166 de la Constitution" congolaise, ajoute le communiqué.

Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires