Qui est James Holmes, l'auteur de la fusillade du cinéma de Denver ?

23/07/12 à 10:59 - Mise à jour à 10:59

Source: Le Vif

James Holmes, 24 ans, a été interpellé après la fusillade dans un cinéma de Denver, dans le Colorado, qui a fait 12 morts et 58 blessés. Il n'a pas d'antécédents judiciaires. Son ordinateur personnel est passé au crible. Portrait.

Qui est James Holmes, l'auteur de la fusillade du cinéma de Denver ?

© Reuters

A son casier judiciaire : un simple excès de vitesse datant d'octobre dernier. James Holmes, le tireur de la fusillade de Denver dans le Colorado, n'a pas d'antécédents judiciaires. Il n'a aucun lien, non plus, avec une quelconque activité terroriste. Ce jeune homme de 24 ans, armé d'un fusil mitrailleuse et de deux armes de poing, a pourtant ouvert le feu ce vendredi à l'avant-première de Batman : The Dark Knight Rises, projetée au centre commercial Aurora.

Quinze minutes après le début de la séance, alors que les spectateurs assistaient à une scène de fusillade à l'écran, Holmes a tiré dans la foule, tuant douze personnes et en blessant 58 autres. Les blessés sont dans un état critique, le bilan pourrait s'alourdir. A son entrée dans le centre commercial, le tireur était équipé d'un masque à gaz et d'un gilet pare-balle. Son accoutrement est probablement passé inaperçu au milieu des fans de Batman déguisés comme les héros du film. Selon les enquêteurs locaux, il aurait également pu être confondu avec un membre des unités d'élite de la police.

James Holmes a été interpellé sur un parking derrière la salle de cinéma peu de temps après le drame. Au moment de son arrestation, il n'a montré aucune résistance aux policiers. Trois armes à feu ont été retrouvées dans sa voiture, garée derrière le complexe, et une quatrième dans la salle de projection.
Très vite, il est identifié. Selon le FBI, cité par la version américaine du Huffington Post , il s'agit d'un jeune homme de 1,90 m né le 13 décembre 1987. Il aurait fait ses études jusqu'au lycée à San Diego avant de les poursuivre dans le Colorado. A l'automne 2011, il aurait ainsi entamé un doctorat en neuroscience à l'université de Colorado-Denver (voir une vidéo de lui lors d'un séminaire de sciences). Etudes auxquelles il aurait mis fin le mois dernier, selon la faculté où il était inscrit et qui a communiqué sa photographie.

La mère du tireur, vivant à San Diego, a été contactée par ABC peu après la tuerie. Elle a affirmé à la chaîne de télévision que les enquêteurs tenaient "la bonne personne". Elle a également assuré qu'elle coopèrerait avec la police.

Le suspect aurait "agi seul"

Le suspect arrêté, les enquêteurs se sont rendus à son appartement situé à Aurora, dans un immeuble réservé à des étudiants et des membres du personnel de l'Ecole de médecine de l'université du Colorado. Le domicile de James Holmes était piégé d'explosifs "très sophistiqués". Du fait de ce dispositif, les enquêteurs n'ont pu y pénétrer que samedi. Avec l'aide du FBI, la police d'Aurora y a retrouvé l'ordinateur du tireur. La machine devrait être "examinée de fond en comble" dans l'espoir qu'elle livre des informations, a souligné le chef de la police de la ville, Dan Oates. Selon des voisins, interrogés par le Denver Post, l'homme vivait dans ce deux pièces "comme un reclus".

Comment s'était-il procuré cet attirail militaire ?

James Holmes avait commandé légalement sur Internet plus de 6000 balles et cartouches au cours des deux derniers mois. Parmi ces munitions: 3000 étaient des balles de fusil d'assaut, 3000 des balles de pistolet Glock et 300 des cartouches de fusil à pompe. L'homme aurait également acheté plusieurs chargeurs pour le fusil d'assault de calibre 233, dont un de 100 balles, retrouvé sur les lieux du drame. Ce chargeur permettrait, selon les enquêteurs, "de tirer 50 à 60 balles en un minute". Or, à Aurora, le rythme des tirs aurait été très rapide, d'après les constatations des enquêteurs.

Alors que plusieurs témoins évoquaient deux tireurs, le chef de la police d'Aurora a estimé que le suspect aurait "agi seul".

Julie Saulnier, L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires