Quelque 3.000 litres de lait déversés devant la commission européenne

11/12/14 à 15:44 - Mise à jour à 15:44

Source: Belga

Plus de 350 personnes selon la police ont participé à l'action symbolique organisée par le MIG (Milcherzeuger Interessengemeinschaft) et l'EMB (European Milk Board) jeudi à 11H00, sur le rond-point Schuman, en face de la Commission européenne.

Quelque 3.000 litres de lait déversés devant la commission européenne

© Reuters

Douze pays européens étaient représentés. Une centaine de Polonais se sont mobilisés pour signaler que le prix du litre de lait est déjà tombé chez eux à 20-25 cents. A l'issue des prises de parole, une piscine de 3.000 litres de lait a été déversée sur le rond-point.

La dizaine de mottes de foin qui encadraient le bassin a été brûlée. Le producteur de lait Erwin Shöpges, membre de l'EMB, estime que la chute du prix du lait de 38 cents en début d'année à 24-25 cents pour janvier-février au niveau européen présage une crise similaire à celle vécue en 2009 : "On vise Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. Il a décidé de libéraliser le marché du lait en supprimant les quotas en 2015. L'exportation vers la Russie et la Chine est bloquée alors que la production européenne augmente. On ne veut pas de subvention. On veut une régulation de la production européenne. On demande une diminution de 3% pour remettre le marché en équilibre".

Les quotas sont les droits de production imposés à chaque agriculteur depuis 1984 pour pallier à la surproduction. "Nous ne voulons pas mourir noyés dans le lait", s'est écrié lors des discours le producteur français Paul de Montvalon, membre de l'EMB.

"L'Europe qu'ils sont en train de construire est celle des multinationales. Nous continuerons le combat tant que nous n'obtiendrons pas un système de gestion et de prévention des crises. (...) Plus les multinationales achètent à bas prix, plus elles peuvent faire des bénéfices et exporter sur le marché mondial en défiant la concurrence. Elles noient ainsi l'agriculture locale dans les pays en développement".

En savoir plus sur:

Nos partenaires