Marée noire : BP cherche à partager les responsabilités

09/09/10 à 12:52 - Mise à jour à 12:52

Source: Le Vif

Le rapport interne de BP publié mercredi insiste sur un "partage de responsabilités" dans l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizons dans le golfe du Mexique le 20 avril dernier qui est à l'origine de la plus grande catastrophe écologique des Etats-Unis.

Marée noire : BP cherche à partager les responsabilités

© EPA/Ann Heisenfelt

La répartition des responsabilités entre BP et les différents sous-traitants travaillant la plateforme est un enjeu majeur pour la compagnie pétrolière fortement critiquée par l'opinion publique.

Au banc des accusée, on retrouve outre BP, le propriétaire de la plateforme Transocean, la société de services pétroliers Halliburton, et les ingénieurs de BP qui auraient mal interprété un test de pression et n'auraient pas répondu à des signaux d'alerte montrant un danger d'explosion. Le rapport, disponible intégralement sur le site web de BP précise que l'accident résulte notamment de "défaillances mécaniques, de jugements humains, des plans d'ingénierie (et) de la mise en oeuvre opérationnelle".

En retour, BP est accusée de vouloir déplacer l'attention de ses propres erreurs dans les procédures de sécurité et faire porter le chapeau à Transocean et Halliburton. "Le rapport cherche plus à protéger les intérêts de BP que d'arriver à la véritable cause de la catastrophe" déclare Ed Markey, le démocrate qui a enquêté sur l'accident, ce matin dans le Guardian.

L'enquête de BP, menée par le chef de la sécurité du groupe Mark Bly, est considérée comme un élément clef de la future stratégie de défense de BP face aux poursuites engagées contre la compagnie aux Etats-Unis. Les diverses enquêtes pourraient durer des années et se solder par des dizaines de milliards de dollars de dédommagements.

L'explosion qui avait fait 11 morts, libéré près de 800 millions de litres de pétrole dans le Golfe du Mexique et coûté plus de 8 milliards $, est aujourd'hui considéré comme la plus grande catastrophe écologique qu'aient connu les Etats-Unis.

E.J.

En savoir plus sur:

Nos partenaires