Mali: "plusieurs centaines" d'islamistes tués lors des "frappes aériennes" françaises

05/02/13 à 22:21 - Mise à jour à 22:21

Source: Le Vif

"Plusieurs centaines" d'islamistes ont été tués depuis le 11 janvier au Mali, lors de "frappes aériennes" des forces françaises et "de combats directs et frontaux à Konna et Gao", a-t-on appris mardi auprès du ministère de la Défense, qui fait état pour la première fois officiellement d'un bilan.

Mali: "plusieurs centaines" d'islamistes tués lors des "frappes aériennes" françaises

© Reuters

Interrogé par l'AFP sur le bilan des combats après plus de trois semaines d'intervention militaire, le ministère de la Défense a précisé que ces "plusieurs centaines" de combattants islamistes tués l'avaient été "lors des frappes aériennes" françaises sur des pick up transportant des hommes ou du matériel de guerre, et durant "des combats directs, frontaux à Konna et Gao".

Le ministère s'est refusé à donner un bilan précis, soulignant qu'il n'était pas question de se livrer "à un décompte macabre".

Invité de BFMTV, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait auparavant affirmé que les troupes françaises avaient infligé "beaucoup de dégâts dans les groupes terroristes jihadistes", évoquant "plusieurs centaines, un nombre significatif" de combattant islamistes tués.

Un mort dans les forces françaises
M. Le Drian avait ajouté que les forces françaises avaient eu pour leur part un mort, le pilote d'hélicoptère tué aux premières heures de l'intervention, et "deux ou trois blessés anecdotiques, sans gravité".

"Il y a quelques prisonniers faits par l'armée malienne, pas beaucoup, qui doivent répondre aux tribunaux maliens et à la justice internationale", avait-il dit aussi. Interrogé sur la présence d'éventuels prisonniers "de haut rang" parmi eux, il avait répondu : "quelques-uns".

Selon des sources concordantes, un haut responsable d'Ansar Dine, un des groupes islamistes qui a occupé pendant des mois le nord du Mali, a été arrêté le week-end dernier près de la frontière algérienne par un "groupe armé".

En savoir plus sur:

Nos partenaires