Les talibans revendiquent la "défaite" de l'Otan en Afghanistan

29/12/14 à 10:14 - Mise à jour à 10:14

Source: Belga

Les talibans afghans ont qualifié lundi la fin de la mission de combat de l'Otan de "défaite" et de "déception" pour la coalition au lendemain de la cérémonie marquant 13 ans d'intervention militaire dans ce pays.

Les talibans revendiquent la "défaite" de l'Otan en Afghanistan

© Belga

La force de combat de l'Otan (Isaf) a baissé son drapeau dimanche, prélude à la mission "Soutien résolu", de 12.500 hommes, pour l'aide et la formation de l'armée afghane qui doit débuter le premier janvier. "Nous considérons cette étape comme une indication claire de leur défaite et de leur déception", ont réagi lundi les talibans dans un communiqué en anglais. "Les Etats-Unis, leurs alliés envahisseurs aussi .... de même que toutes les organisations internationales arrogantes ont subi une défaite évidente dans cette guerre asymétrique", ont ajouté les insurgés accusant les forces de l'Otan d'avoir conduit le pays vers un "bain de sang".

Les talibans afghans, qui avaient pris le pouvoir par les armes en 1996 avant de le perdre dans la foulée de l'intervention occidentale de la fin 2001, combattent depuis treize ans les forces occidentales et leurs alliés de l'armée et de la police afghanes. Au cours des derniers mois, l'insurrection a multiplié les attaques contre les forces afghanes, qui prennent le relais des soldats étrangers, et des expatriés dans la capitale Kaboul.

Selon l'Onu, le conflit afghan est sur le point de dépasser les 10.000 victimes civiles (blessées et tuées) en 2014, la pire année depuis 2009, en raison d'une intensification des attaques des talibans à l'approche du retrait des forces de l'Otan. Et d'après Washington, 2014 a été l'année la plus meurtrière pour les soldats et policiers afghans avec plus de 4.600 morts pour les dix premiers mois.

Dans l'espoir de stabiliser le pays au moment où l'Otan réduit la voilure, le président afghan Ashraf Ghani a appelé les talibans à des négociations de paix, mais ceux-ci refusent de dialoguer directement avec Kaboul.

En savoir plus sur:

Nos partenaires