Les palais de la reine d'Angleterre menacés de décrépitude

28/01/14 à 17:27 - Mise à jour à 17:27

Source: Le Vif

Chauffage vétuste, présence d'amiante, infiltrations d'eau: les palais de la reine se dégradent, faute d'un niveau d'entretien suffisant, s'alarment les députés britanniques dans un rapport publié mardi, en appelant par ailleurs à une réduction des dépenses royales.

Les palais de la reine d'Angleterre menacés de décrépitude

Au palais de Buckingham à Londres, résidence principale d'Elizabeth II, un grand nombre des 775 pièces n'ont pas été redécorées depuis 60 ans, selon le trésorier de la reine Alan Reid. Les travaux de désamiantage ont été entrepris dans ce château du XVIIe siècle, dont le système électrique et le chauffage sont également jugés désuets, avec des "chauffe-eaux vieux de 60 ans". Ce qui engendre un gaspillage d'énergie et des factures salées, souligne le rapport du Comité des comptes publics (PAC).

Un député a en outre raconté avoir constaté lors d'une visite des infiltrations d'eau de pluie dans une galerie de peintures du palais. Les parlementaires s'alarment aussi de l'état du Mausolée royal contenant la sépulture de la reine Victoria et du prince Albert, situé dans le domaine de Frogmore qui jouxte le château de Windsor, à une quarantaine de km à l'ouest de Londres.

Depuis 18 ans, ce mausolée est en attente de travaux d'entretien, d'un coût estimé de 3 millions de livres (3,6 millions d'euros) et son état se détériore: il est inscrit sur la liste des monuments historiques jugé "à risque". Le château de Windsor, où la reine aime passer ses week-ends, est aussi un sujet d'inquiétude pour les parlementaires: une partie de sa toiture et son système de conduite d'eau ont besoin de réparations. Dans l'ensemble, près de 40% des propriétés de la reine étaient en 2012 en-dessous du niveau requis d'entretien, note le rapport.

"La Maison royale doit se pencher sérieusement sur la question de ses travaux d'entretien en retard", a insisté Margaret Hodge, présidente du PAC chargé d'examiner le "Sovereign Grant". Cette dotation publique annuelle, de 37 millions d'euros en 2012-2013, contribue à financer les déplacements de la souveraine, à couvrir les salaires de ses employés et la maintenance de ses palais.

Les parlementaires ont aussi exhorté les services royaux à réduire leurs dépenses, en ces temps d'austérité budgétaire. La Maison Royale a connu un déficit de 2,3 millions de livres en 2012-2013 et les ressources financières de la reine ont baissé pour atteindre un million de livres, chiffre qualifié d'"historiquement bas" par le PAC.

Margaret Hodge a souligné que depuis 2007-2008, la Maison royale a réduit de 5% seulement ses dépenses, là où les ministères ont subi des coupes plus draconiennes. "Avec un meilleur savoir-faire commercial, nous estimons qu'il y a la possibilité de faire plus avec moins, de réduire davantage les coûts", a-t-elle ajouté.

Margaret Hodge a suggéré d'ouvrir davantage les palais royaux aux visiteurs pour rapporter de nouveaux revenus: "Le palais de Buckingham n'est ouvert que 78 jours par an et n'attire qu'un demi-million de visiteurs. En comparaison, la Tour de Londres a plus de deux millions de visiteurs", a-t-elle souligné sur la BBC. "Nous pensons qu'il y a des opportunités de générer plus d'argent", a-t-elle dit.

Nos partenaires