Les abords du Parlement catalan bouclés pour "raisons de sécurité"

10/10/17 à 13:28 - Mise à jour à 13:28

Source: Afp

La police a fermé, "pour raisons de sécurité", l'accès au parc qui entoure le Parlement catalan à Barcelone, d'où le président régional Carles Puigdemont pourrait unilatéralement proclamer l'indépendance de la Catalogne mardi soir.

Les abords du Parlement catalan bouclés pour "raisons de sécurité"

© Reuters

"Pour raisons de sécurité, le parc de la Ciutadella (où se trouve le Parlement, ndlr) sera fermé au public aujourd'hui", ont annoncé les Mossos d'Esquadra, la police régionale, sur Twitter.

Les forces de l'ordre veulent "empêcher toute situation dans laquelle s'exercerait une pression sur l'activité parlementaire", a précisé un porte-parole, tout en rappelant que dimanche, pendant une manifestation contre l'indépendance de la Catalogne, "un groupe de personnes a forcé les accès au parc et jeté des objets contre le Parlement".

"Nous tentons d'éviter ce genre de situations, générées tant par les manifestants unionistes, que par des groupes indépendantistes radicaux", a-t-il souligné.

Les principales associations séparatistes de Catalogne avaient appelé à manifester devant le Parlement en "soutien et en défense de la déclaration d'indépendance", mais, à la suite de la fermeture du parc, leurs membres devront finalement se rassembler à l'extérieur de ce périmètre.

M. Puigdemont doit prendre la parole à 18h00 (16h00 GMT) devant le Parlement, où les indépendantistes disposent de la majorité absolue, pour évoquer les conséquences du référendum d'autodétermination illégal du 1er octobre, au cours duquel le gouvernement régional affirme que le "oui" l'a emporté avec plus de 90% des voix et un taux de participation de 43%.

Le "référendum", interdit par la justice espagnole, et le projet indépendantiste ont aggravé les tensions, déjà fortes, avec Madrid, mais aussi au sein de la population catalane.

Selon les sondages, les Catalans sont très largement en faveur d'un référendum en bonne et due forme, mais la majorité d'entre eux est contre l'indépendance de leur région.

Dimanche, une manifestation monstre a réuni entre 350.000 et 950.000 personnes à Barcelone contre l'indépendance.

On ignore si Carles Puigdemont compte effectivement unilatéralement proclamer l'indépendance mardi soir, s'il envisage une "déclaration d'indépendance en différé" ou s'il se contentera d'une proclamation symbolique, évoquant l'urgence d'un dialogue et enclenchant un processus par étapes.

A Madrid, le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy a prévenu qu'en cas de déclaration unilatérale d'indépendance, quelle qu'elle soit, il pourrait chercher à suspendre l'autonomie de la région, une mesure qui n'a pas été appliquée dans cette monarchie parlementaire extrêmement décentralisée depuis le rétablissement de la démocratie en 1977.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos