Les 10 meilleurs discours de l'histoire

18/06/13 à 14:20 - Mise à jour à 14:20

Source: Le Vif

Barack Obama rend hommage au vibrant "Ich bin ein Berliner" de John F. Kennedy. L'occasion pour LeVif.be de faire une sélection non exhaustive de 10 discours qui ont marqué l'histoire

Les 10 meilleurs discours de l'histoire

1. Mahatma Gandhi au Kingsley Hall (1931)

Mahatma Gandhi, défenseur pacifiste d'une Inde indépendante, se lance en octobre 1931 dans un discours au Kingsley Hall à Londres. Il offre à la nation qui a colonisé son pays une tirade sur la spiritualité. Winston Churchill, cet autre grand orateur qui deviendra 10 ans plus tard premier ministre du Royaume-Uni, ne sera pourtant pas impressionné par ce "fakir à moitié nu".

2. Winston Churchill: 'Blood, toil, tears and sweat' (1940)

En 1940, le continent européen est en proie à la Seconde Guerre mondiale. Le 10 mai 1940, Winston Churchill succède à Neville Chamberlain. Trois jours plus tard, il prend la parole à la chambre anglaise. Lors de son premier discours, il ne leur promet que sang, larmes, transpiration et fatigue. L'homme fut élu 62 ans plus tard comme le plus grand Britannique de tous les temps par la BBC. Dire la vérité peut donc se révéler payant.

3. Franklin D. Roosevelt: 'A date which will live in infamy' (1941)

Le 8 décembre 1941, le président américain Franklin Delano Roosevelt s'adresse aux Américains. Ce discours intervient quelques jours après l'attaque de la base américaine de Pearl Harbor. Il marque l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale.

4. Charles De Gaulle: 'Je vous ai compris' (1958)

Le 4 juin 1958, au coeur de ce que les Français appelaient encore alors pudiquement les "troubles d'Algérie" mais qui s'étaient transformé en véritable guerre, le président français se lance dans un discours à Alger. Sa phrase aussi célèbre qu'ambiguë provoquera des désillusions dans les deux camps. Les accords d'Evian mettront fin à la guerre d'Algérie le 18 mars 1962.

5. John F. Kennedy: 'Ask not what your country can do for you' (1961)

John F. Kennedy a démontré dès son discours inaugural de 1961 qu'il serait l'un des plus grands orateurs de son temps. Il fait appel au sens civique du peuple américain. Ils demandent aux Américains de s'interroger non pas sur ce que l'état peut faire pour eux, mais plutôt sur ce qu'ils peuvent faire pour leur pays. Barack Obama va utiliser les mêmes ficelles 50 ans plus tard lors de ces campagnes.

6. John F. Kennedy: 'Ich bin ein Berliner' (1963):

Quelques mois avant l'attentat fatal de Dallas, le président tient à mettre en lumière, dans un Berlin encore divisé, les liens qui unissent les États-Unis et le peuple ouest-allemand. Ce discours est considéré comme l'un des moments forts de la guerre froide. Plus surprenant : certaines mauvaises langues diront que la formule utilisée par le président signifie "je suis une boule de Berlin" et non "je suis un Berlinois". En réalité, les deux formes sont parfaitement correctes.

7. Martin Luther King: 'I have a dream' (1963)

C'est le 28 août que Martin Luther King et son combat pour les droits civiques rentrent dans la légende grâce à une petite phrase de quatre mots. " Je fais un rêve" commence Martin Luther King " Je fais un rêve où mes quatre enfants pourront un jour vivre dans un pays où ils ne seront pas jugés sur leur couleur de peau, mais sur leur personnalité". Par cette simple phrase, il relie son combat avec l'un des principes fondateurs de la constitution des États-Unis "All men are created equal". King fut tout comme Kennedy victime d'un attentat.

8. Nelson Mandela: 'An ideal for which I am prepared to die' (1964)


En 1964, Nelson Mandela est condamné pour sabotage contre le régime d'apartheid en Afrique du Sud. Il passera au total 27 années en prison. Le pacifique Mandela est contre toute action violente, mais n'en est pas moins prêt à mourir pour ses idéaux. Sa libération en 1990 marque le début de la fin de l'apartheid. Un mouvement désintégration qui arrive à son apogée lorsque Mandela devient le premier président noir d'Afrique du Sud.

9. Ronald Reagan: 'Tear down this wall' (1987)

Un petit quart de siècle après le fameux discours de Kennedy à Berlin, Ronald Reagan lance lui aussi un appel sans équivoques à son homologue russe Mikhaïl Gorbatchev. Avec sa phrase "abattez ce mur", il signifie à Mikhaïl Gorbatchev qu'il doit laisser de côté la glasnost et la perestroïka et détruire le mur de Berlin. Ces mots prononcés devant ledit mur ont réveillé une foule en délire. Il faudra tout de même deux ans avant que le mur tombe pour de bon.

10. Barack Obama: 'Yes we can' (2008)

Les slogans 'Yes we can' et 'Change we can believe in' ont symbolisé en 2008 l'élection historique de Barack Obama comme président des États-Unis et l'ont placé de facto comme digne successeur de Kennedy en tant que l'un de plus grands orateurs de son temps.

(JDW/SD) / Trad ML

Nos partenaires