Le terrorisme en Europe occidentale a-t-il atteint un niveau historique ?

30/03/16 à 11:08 - Mise à jour à 11:31

Source: Knack

Depuis les attentats de Bruxelles et de Paris, la menace terroriste semble plus proche que jamais. "Mais l'Europe occidentale reste l'un des endroits les plus sûrs au monde", explique Adrian Gallagher, professeur de sécurité internationale.

Le terrorisme en Europe occidentale a-t-il atteint un niveau historique ?

© Reuters

Depuis les récents attentats qui ont touché les capitales belge et française, la menace terroriste semble se rapprocher de plus en plus. "Mais la population oublie de mettre ces attaques dans une perspective historique ", indique le Forum économique mondial (WEF). "Les chiffres montrent que les dernières années n'ont pas été si meurtrières en matière de terrorisme en Europe occidentale".

Les décès dus aux actes terroristes en Europe occidentale, de 1970 à 2015.

Les décès dus aux actes terroristes en Europe occidentale, de 1970 à 2015. © Washington Post/ Global Terrorism Database

Ces chiffres montrent que le nombre de décès dus au terrorisme entre 1970 et 1990 était plus élevé qu'entre 1990 et 2015. En 1988, plus de 425 personnes sont décédées dans des attaques terroristes en Europe occidentale. Cette année-là, une bombe a explosé à bord du vol 103 de la compagnie américaine Pan Am. 270 sont décédées dans cet avion, qui s'est écrasé au village de Lockerbie, en Ecosse.

Entre 2000 et 2015, le nombre de décès dus au terrorisme a diminué : environ 50 personnes par an. Un contraste fort par rapport à la période 1970-1990, où la moyenne était d'environ 150 décès par an.

Madrid et Londres

Le nouveau millénaire a été un tournant. En 2004, la capitale espagnole Madrid a été touchée par un attentat, avec plusieurs bombes placées dans des trains de banlieue, faisant 191 victimes. Un an plus tard, une bombe explose dans le métro à Londres, provoquant 52 décès.

La Norvège a, elle, été confrontée en 2011 à un loup solitaire, Anders Breivik. L'homme a tiré sur l'île d'Utoya, où avait lieu un camp de jeunes organisé par la Ligue des jeunes travaillistes du Parti travailliste norvégien. 77 personnes y sont mortes. Sont ensuite venus, fin de l'année dernière, les attentats de Paris, où 130 personnes ont perdu la vie.

Même si la somme de ces chiffres est assez impressionnante, Adrian Gallagher, professeur de sécurité internationale (Université de Leeds) souligne que "l'Europe occidentale est un lieu plus sûr en ce moment qu'il y a plusieurs décennies. Et c'est l'une des régions les plus sûres au monde ". En effet, la plupart des victimes du terrorisme se trouvent au Moyen-Orient et en Afrique.

Les victimes du terrorisme en dehors de l'Europe occidentale.

Les victimes du terrorisme en dehors de l'Europe occidentale. © Global Terrorism Database/The Huffington Post

Le Huffington Post a réalisé ce graphique en collaboration avec Statista. Il montre qu'entre 2001 et 2014, c'est l'Irak qui a été le plus touché par les attaques terroristes. Plus de 40.000 personnes y ont été tuées pendant cette période. A l'échelle mondiale, plus de 100.000 personnes ont trouvé la mort à cause du terrorisme durant cette même période, dont 420 en Europe occidentale.

Le nombre de morts n'est cependant pas le seul facteur qui témoigne de l'ampleur d'une attaque terroriste. "Les terroristes travaillent différemment ces dernières années ", explique Raffaello Pantucci, directeur de l'Institut d'Etudes de Sécurité, au Forum économique mondial. " Aujourd'hui, nous sommes confrontés à un grand groupe de kamikazes. Ils sont eux-mêmes prêts à mourir dans leurs propres attaques. Cela rend la protection des gens plus difficile ".

(AVE/OL)

En savoir plus sur:

Nos partenaires