Le sort des chrétiens d'Orient inquiète l'Eglise

04/05/11 à 18:04 - Mise à jour à 18:04

Source: Le Vif

Trois évêques catholiques d'Irak, du Pakistan et d'Egypte, se sont exprimés à la presse aujourd'hui depuis le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ils témoignent de la situation des chrétiens en Orient, qu'ils jugent dramatique.

Le sort des chrétiens d'Orient inquiète l'Eglise

© EPA

Monseigneur Basile Casmoussa déplore ce à quoi en sont réduits les chrétiens de Mossoul : "80% des chrétiens n'ont qu'une idée: quitter le pays, parce qu'ils ne s'y sentent plus en sécurité (...) un évêque a été tué, des prêtres ont été tués, des dizaines d'églises ont été bombardées, des centaines de chrétiens tués".

Excédé, l'ex-évêque de Mossoul poursuit : "Moi-même, j'ai reçu une lettre de menaces d'un groupe terroriste qui me sommait de me convertir à l'islam. On m'a kidnappé, mis un couteau sous la gorge. Mais je suis resté". "Sur 1,2 million de chrétiens qui vivaient en Irak avant 2003, les trois-quarts ont pris les routes de l'exil", regrette-t-il encore.

Au Pakistan, les minorités religieuses sont de plus en plus attaquées aussi. Et parmi elles, les quelque 2,5 millions de chrétiens soutenus par Monseigneur Joseph Coutts, évêque de Faisalabad. "Depuis une trentaine d'années, dit-il, on assiste à une islamisation croissante de la société. L'intervention soviétique en Afghanistan, puis la guerre contre Al-Qaïda et les bombardements de l'Otan y sont pour beaucoup". Il raconte que "les Pakistanais perçoivent l'Occident comme un ensemble de nations chrétiennes", et que "chaque agression occidentale est vécue comme une agression des chrétiens contre les musulmans".

L'Egypte compte entre 8 et 10 millions de coptes dont 250.000 catholiques. Et selon Monseigneur Youhanna Golta, "les chrétiens sont continuellement en butte au mépris". Il dénonce en particulier les extrémistes musulmans "qui estiment avoir la vérité absolue, qu'il est normal de mépriser les autres religions". Mais ces comportements dont les chrétiens d'Orient sont victimes ne viendraient pas de l'Egypte : "Aujourd'hui, nous vivons une révolution laïque, civile, jeune. L'Egypte est un pays civilisé, mais l'extrémisme vient de l'Arabie saoudite, de l'Iran, et ce sont les coptes qui payent le prix fort de leur foi", ajoute-t-il.

Mathilde Perrin, avec Belga

Nos partenaires