Le président américain est-il réellement l'homme le plus puissant au monde ?

05/11/16 à 14:50 - Mise à jour à 16:29

Source: Le Vif/l'express

La Maison-Blanche nourrit bien des fantasmes. Elle serait le lieu de tous les pouvoirs, de toutes les manipulations, d'où le président des Etats-Unis actionnerait les manettes du monde. Chercheuse à Sciences Po Paris, l'historienne Nicole Bacharan explique combien la réalité est plus nuancée. Et nous éclaire sur la campagne en cours.

La Maison-Blanche est considérée comme l'épicentre du pouvoir exécutif américain... et mondial. Le président américain est-il réellement l'homme le plus puissant au monde ?

Le président est certes puissant, mais pas tout-puissant. Car si le système institutionnel américain a évolué dans son fonctionnement, il reste fondé sur des principes qui datent de 1789. Les Pères fondateurs se méfiaient à la fois du pouvoir et du peuple. C'étaient des pessimistes - et pas des Rousseauistes - qui pensaient que le pouvoir corrompt. Dès le départ, leur intention a été de limiter le pouvoir présidentiel. Mais, étant persuadés que le peuple pouvait aussi se laisser aller à des excès, les Pères fondateurs ont veillé à encadrer l'expression populaire. Depuis, malgré les grands électeurs, le système électoral américain a évolué vers le suffrage universel. Avec des élections législatives tous les deux ans, même si l'ensemble du Congrès n'est pas systématiquement renouvelé. La division du pouvoir est à la fois verticale et horizontale. Verticale dans le sens où il y a beaucoup de pouvoirs locaux divisés en exécutif, législatif et judiciaire. Mais beaucoup de choses dépendent des gouverneurs, des parlements locaux. Au sommet, les trois branches du pouvoir ont la capacité de se bloquer l'une l'autre : le droit de veto, la nécessité d'avoir deux tiers au Congrès, les lois soumises à la Cour suprême s'il y a conflit... C'est un système qui crée blocage sur blocage, fait pour obliger au compromis, au juste milieu. Le principe des institutions, c'est que personne ne gagne ni ne perd totalement. Quand ça bloque, c'est que ça marche... jusqu'à un certain point. Parce que depuis la révolution républicaine de 1994, qui a permis aux républicains de contrôler les deux Chambres, et ensuite avec l'arrivée du Tea Party, on voit émerger des élus avec le slogan No compromise. Et ça, c'est totalement anticonstitutionnel.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires