Le pain commence à manquer dans Alep assiégée

13/07/16 à 12:49 - Mise à jour à 12:50

Source: Afp

Ahmad al-Hajj trépigne d'impatience en faisant la queue avec 150 autres personnes devant une boulangerie d'Alep, où le pain est devenu rare dans les quartiers de la ville syrienne assiégés par l'armée.

Le pain commence à manquer dans Alep assiégée

Alep. © BELGAIMAGE

"Cela fait 45 minutes que j'attends et il y a encore 40 personnes devant moi", bougonne Ahmad, au milieu d'autres hommes aux mines maussades et épuisées.

Les denrées commencent à manquer depuis que les troupes du président Bachar al-Assad ont coupé jeudi dernier la route du Castello, au nord-ouest d'Alep. Il s'agissait de la dernière route par laquelle transitaient les biens et les personnes vers les quartiers tenus par les rebelles dans la deuxième ville de Syrie.

Le piège s'est ainsi renfermé pour plus de 200.000 habitants, désormais confrontés aux pénuries et à la flambée des prix en plus des bombardements.

"Hier, ma famille et moi n'avons pas mangé du pain car les boulangeries ont arrêté de fonctionner", faute de farine et de mazout, se plaint Ahmad.

Et "aujourd'hui, je n'aurai que sept galettes de pain (arabe) qui suffiront à peine pour un repas", témoigne-t-il, tandis que, dans la file, des clients se disputent pour prendre la place de l'autre.

Devant une autre boulangerie, la même scène se répète avec près de 200 personnes patientant.

Le contrôle d'Alep est devenu l'un des principaux enjeux de la guerre depuis que l'ancienne capitale économique est divisée entre le régime, présent dans les quartiers à l'ouest, et les groupes rebelles, qui contrôlent ceux de l'est depuis la mi-2012. L'armée a fait de sa reconquête l'une de ses priorités.

L'ONU s'est déclaré mercredi "très inquiète de l'escalade de la violence" à Alep qui "met en danger des centaines de milliers de personnes". Elle a appelé dans un communiqué "toutes les parties à autoriser la livraison de l'aide humanitaire" et "l'évacuation des civils qui le désirent".

'C'est fini, je n'ai plus rien'

Dans le quartier de Ferdous, Abou Ahmad est atterré par le manque de denrées alimentaires et les prix exorbitants sur un marché quasi-vide.

"J'ai quatre enfants et je ne sais pas ce que nous allons manger aujourd'hui", se désole cet homme qui tente de trouver des pommes de terre, dont le kilo se paie 500 livres syriennes (un dollar), soit cinq fois son prix normal. Celui du kilo de tomates est également passé de 100 à 600 LS.

"Je n'ai rien trouvé jusqu'à présent: ni oeufs, ni laban (lait caillé très prisé en Syrie et au Liban), ni fromage ni légumes", se lamente-t-il.

Pour ce couturier qui ne touche que 25.000 LS (plus de 16 dollars au cours actuel) par mois, un tel "salaire ne suffit plus que pour une semaine".

Quitter la ville encerclée est désormais quasiment impossible. Car les forces prorégime se trouvent à moins de 500 mètres de la route du Castello et peuvent tirer sur toute personne ou tout véhicule empruntant cet axe.

Dans le quartier de Kalassé, le supermarché de Mohammad Hijazi, encore plein de marchandises il y a quelques jours, n'offre plus que quelques détergents car les commodités de première nécessité ont disparu des rayons.

"C'est fini je n'ai plus rien", constate-t-il. Tout en dénonçant les commerçants qui ont stocké leur marchandise et vendent désormais le kilo de dattes à 800 LS (1,6 dollar), soit le double d'avant.

Un rapport de l'ONU publié fin avril indiquait que 83,4% des habitants vivaient sous le seuil de pauvreté contre 28% avant le conflit.

Face à la pénurie de carburant, Hassan Yassine a préféré garer son taxi dans un endroit sûr pour éviter les bombardements du régime mais surtout en raison de l'absence d'essence.

"Le jour, je ne travaille pas à cause des raids et le soir, je n'ai plus de clients car la moindre course leur coûte 700 LS (1,4 dollar)", explique-t-il. "J'ai donc caché ma voiture et je vais me terrer chez moi".

Nos partenaires