Le lac Titicaca révèle de nouveaux trésors incas

30/06/14 à 15:57 - Mise à jour à 15:57

Source: Le Vif

Une équipe belge d'archéologues-plongeurs, placée sous la direction de Christophe Delaere (FNRS, ULB), a localisé et documenté, dans les eaux du lac Titicaca en Bolivie, un nouveau site d'offrandes subaquatiques inca et tout un secteur aujourd'hui immergé comprenant des aménagements portuaires, ainsi que les restes d'un cimetière datant de l'époque préinca.

Le lac Titicaca révèle de nouveaux trésors incas

© iStock

Ces découvertes subaquatiques apportent de nouvelles données décisives pour la compréhension de ce patrimoine méconnu, indique lundi l'Université libre de Bruxelles.L'été dernier, une équipe, elle aussi menée par Christophe Delaere, avait mis au jour des dépôts d'offrandes précolombiennes dans les eaux du même lac. Parfaitement conservés sous une couche de sédiments et d'éboulis, près de 2.500 objets et fragments avaient été découverts.La dernière découverte s'inscrit dans le cadre du projet archéologique Huiñaimarca, qui vient de clore sa troisième mission au lac Titicaca. Elle rassemble une vingtaine de scientifiques internationaux. De nouveaux secteurs ont été fouillés en six semaines d'opérations. Résultat: trois sites exceptionnels ont été localisés et documentés, et plus de 300 heures de plongée ont été nécessaires pour mettre au jour quelques 1.600 objets et fragments associés à des cérémonies et autres traces de la vie et des activités des anciens habitants des abords du lac.
"Un nouveau site d'offrandes subaquatiques précolombien, similaire à celui fouillé en 2013, a été localisé au large des rives orientales du bassin lagunaire. Un coffret inca en pierre taillée daté du 16e siècle gisait intact à 6 mètres de profondeur, et contenait les offrandes. Ceci démontre que ce type de pratiques rituelles n'était pas exclusif à l'île du Soleil, lieu le plus sacré du lac, mais s'étendait à l'ensemble du Titicaca", explique l'ULB.

La concentration de matériel et la présence d'ancres précolombiennes découvertes dans un autre secteur confirment la présence d'un site portuaire, et témoignent des nombreuses activités liées à la navigation, au commerce et à l'intégration du site dans le réseau cérémoniel insulaire comme accès principal à l'île, poursuit l'université bruxelloise. Ces résultats permettent de délimiter plus précisément les anciens rivages précolombiens, lesquels ont varié au cours du temps jusqu'à être aujourd'hui pour la plupart immergés, faussant ainsi la vision que l'on peut avoir de l'occupation humaine à ces endroits.

Nos partenaires