La répression en Libye fait au moins 24 morts

18/02/11 à 11:31 - Mise à jour à 11:31

Source: Le Vif

De violents affrontements ont opposé ce jeudi des manifestants aux forces de sécurité en Libye, lors d'un mouvement de contestation sans précédent contre le régime du colonel Kadhafi.

La répression en Libye fait au moins 24 morts

© EPA

Ce troisième jour de manifestation a été particulièrement sanglant. "Sept manifestants ont été tués dans les manifestations de jeudi à Benghazi", a déclaré une source médicale locale sous couvert de l'anonymat.

Auparavant, Quryna avait fait état de deux manifestants tués à Al-Baïda, à 200 km à l'est de Benghazi. Plusieurs véhicules de la police et voitures particulières ont été incendiés par la foule dans cette ville.

Les pires violences ont eu lieu à Al-Baïda, à 1.200 km à l'est de Tripoli. Jeudi vers 13H00, le personnel de l'hôpital a réclamé du matériel supplémentaire, se disant dépassé par l'afflux de 70 manifestants blessés, dont la moitié dans un état critique à cause de blessures par balles, ajouté l'ONG.

Ainsi, depuis ce mardi, les forces de sécurité auraient tué au moins 24 manifestants, d'après l'organisation Human Rights Watch (HRW), citant des témoins, et blessé près de 35 personnes, selon Al Youm et Al-Manara.

Au départ, ces manifestations avaient pour but, selon Human Rights Watch, de se réunir "pacifiquement" pour les funérailles de protestataires tués mercredi. Des appels sur Facebook avaient ensuite demandé de transformer ce rassemblement en "journée de la colère".

Le président libyen Mouammar Kadhafi veut envoyer son fils à Benghazi, ville au centre de la révolte, au lendemain des affrontements sanglants. Selon le journal "al-Watan", al-Saadi Kadhafi (37 ans) devrait se rendre à Benghazi afin d'y implémenter un plan d'action pour améliorer l'infrastructure.

Des manifestations pro-régime

Des vidéos circulant sur internet montraient des dizaines de jeunes rassemblés à Al-Baïda scandant "Le peuple veut faire tomber le régime", tandis que des voitures prenaient feu.

L'appel à cette "Journée de la colère" ne semblait en revanche pas suivi à Tripoli, où des centaines de manifestants pro-régime se sont rassemblés sur la Place verte au coeur de la capitale, tandis que d'autres défilaient en voiture au son des klaxons dans les rues.

"Kadhafi, le père de tout le peuple", "la foule soutient la révolution et le leader", pouvait-on lire sur leurs pancartes.

Des centaines de manifestants pro-régime ont défilé aussi à Benghazi, Syrte (est) et Sebha (sud), selon des images de la télévision d'Etat diffusées en boucle.

Répression également au Yemen et à Bahrein

A Bahreïn, quatre manifestants ont trouvé la mort à la suite de la violente intervention des forces de l'ordre dans la nuit de mercredi à jeudi lors d'un rassemblement Place de la Perle à Manama.
Jeudi, des dizaines de blindés de l'armée étaient déployés aux abords de la place et l'armée bahreïnie a annoncé avoir pris toutes les mesures "préventives et fermes pour rétablir l'ordre et la sécurité".

Au Yémen, plus de 25 personnes ont été blessées dans de nouveaux affrontements ce jeudi à Sanaa entre des étudiants et des partisans du pouvoir, alors que l'armée se déployait en force à Aden, principale ville du sud du pays et autre foyer de contestation, au lendemain de manifestations d'une rare violence.

Le Vif.be, avec L'Express.fr

Nos partenaires