La presse française est sous "le choc" de la percée du FN

07/12/15 à 07:49 - Mise à jour à 07:53

Source: Afp

La France se réveille lundi sous "le choc" de la percée historique du Front national au premier tour des élections régionales, le FN arrivant en tête dans six régions et le PS se retirant dans les deux les plus sensibles, Nord-Pas-de-Calais-Picardie et PACA.

La presse française est sous "le choc" de la percée du FN

© AFP

"Le choc" titrent à l'unisson et de manière tout à fait exceptionnelle Le Figaro et L'Humanité, deux quotidiens de bords opposés.

A 18 mois de la présidentielle, Le Parisien/Aujourd'hui en France voit désormais "Le FN aux portes du pouvoir" tandis que pour Libération, "Ca se rapproche".

Dans une France encore traumatisée par les attentats du 13 novembre et toujours marquée par un chômage de masse, le parti de Marine Le Pen a capté environ 28% des suffrages et s'est revendiqué "premier parti de France", devançant la droite (27%) et le PS (23,5%), selon les dernières estimations du ministère de l'Intérieur.

Les listes FN, qui ont battu les précédents records des européennes et départementales, arrivent en tête dans six des 13 nouvelles régions: Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, Bourgogne-Franche-Comté, Centre. En dépassant les 6 millions de voix, elles s'approchent du record de Marine Le Pen (6,4 millions de voix à la présidentielle de 2012).

Outremer, la droite vire en tête à La Réunion et des duels opposeront des candidats de gauche en Guyane et Guadeloupe.

Dans la presse de lundi, "Le choc est brutal" pour Guillaume Goubert de La Croix. La Voix du Nord, quotidien régional qui avait pris position contre le parti de Marine Le Pen avant le premier tour, ne peut que constater que "la vague FN ne faiblit pas" et que le vote des électeurs est passé "de la protestation à l'adhésion", écrit Jean-Michel Bretonnier.

Et le second tour ?

En cas de duels droite/FN au second tour des régionales, 59% des Français voteraient pour les listes Les Républicains-UDI-MoDem, contre 41% pour celles du Front national, selon un sondage Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hui de lundi.

Appelant à un "barrage républicain", le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a annoncé un retrait de ses listes en NPDC-Picardie et PACA, synonyme de "sacrifice" pour les socialistes qui ne siégeront pas dans ces régions pendant près de six ans. Du côté des élus et militants, certains évoquaient de fait une décision "douloureuse", notamment en PACA .

La liesse au QG de Marine Le Pen à Hénin-Beaumont contrastait avec la consternation au PS, où l'on se désolait pour "cette belle région ouvrière qui mérite mieux que ça", et la déception chez les Républicains.

Loin de la vague "bleue" espérée à droite, l'alliance LR-UDI-MoDem est ressortie en tête dans seulement quatre régions (Pays de la Loire, Auvergne-Rhône-Alpes, Ile-de-France, Normandie de très peu). Quant au PS, il se classait premier en Bretagne, emmené par un Jean-Yves Le Drian qui restera quoi qu'il arrive ministre de la Défense, ainsi qu'en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, derrière Alain Rousset.

Face à ce vote FN massif, interprété par les ténors LR comme la traduction d'une "colère" envers le gouvernement et d'une "peur", Nicolas Sarkozy s'est livré à un réquisitoire contre l'exécutif et a refusé "toute fusion et tout retrait" pour contrer l'extrême droite au second tour, dans les régions où la droite est troisième.

En savoir plus sur:

Nos partenaires