La présidente de la province de Leon assassinée par une mère qui voulait venger sa fille

14/05/14 à 14:41 - Mise à jour à 14:41

Source: Le Vif

La mère d'une jeune femme qui avait été licenciée par le gouvernement de la province de Leon, dans le nord de l'Espagne, a confessé avoir assassiné la présidente conservatrice de cette province, Isabel Carrasco, a annoncé mercredi une source proche de l'enquête.

La présidente de la province de Leon assassinée par une mère qui voulait venger sa fille

© AFP

Maria Montserrat Gonzalez Fernandez, 55 ans, et sa fille Montserrat Triana Martinez Gonzalez, 35 ans, avaient été toutes deux arrêtées par la police lundi peu de temps après le crime.

Le ministère de l'Intérieur avait alors immédiatement expliqué qu'il s'agissait d'un acte de "vengeance personnelle" après le licenciement de la jeune femme. "La mère a confessé avoir été l'auteure matériel de l'assassinat et a confessé aussi qu'elle projetait depuis deux ans de commettre un acte de ce type", a affirmé à l'AFP une source proche de l'enquête.

Une troisième personne, une policière municipale, a été inculpée et a "remis hier l'arme" du crime, un revolver, à la police, a ajouté cette source, sans plus de précision, le dossier étant placé sous le secret de l'instruction.

Connue pour son fort caractère, Isabel Carrasco, 59 ans, présidente de la province de Leon et chef du Parti populaire (PP, parti au pouvoir) de la ville, a été tuée de plusieurs balles lundi à Leon, alors qu'elle traversait un pont piétonnier.

Ce crime a semé la consternation en Espagne, peu habitué à ce type d'attaques depuis la fin des attentats du groupe armé séparatiste basque ETA qui ont visé notamment des élus dans les années 1990 et au début des années 2000.

Le PP du chef du gouvernement Mariano Rajoy et le parti socialiste, principale formation d'opposition, ont interrompu leur campagne pour les élections européennes et ont rendu hommage à cette élue qui a été inhumée mardi à Leon.

Selon une source de la mairie de Leon, Montserrat Triana Martinez, fille d'un inspecteur de police local, avait été employée par l'administration de la province de Leon en tant qu'intérimaire mais avait perdu son travail en 2011 lorsque le poste avait été attribué à une autre personne.

La province lui a par la suite demandé de rendre un trop perçu de 12.000 euros et a gagné une procédure judiciaire contre l'ex-employée. La jeune femme devait rendre l'argent, accentuant encore "ses graves problèmes financiers", toujours selon cette source. Maria Montserrat Gonzalez Fernandez et sa fille étaient toutes deux des militantes du Parti populaire local.

Nos partenaires