Il n'y a pas de preuve que le mollah Mansour, chef des talibans afghans soit mort

07/12/15 à 22:34 - Mise à jour à 22:34

Source: Belga

Il n'y a aucune preuve que le chef des talibans afghans, le mollah Akhtar Mansour, soit mort, a déclaré lundi le président afghan Ashraf Ghani, après plusieurs jours de spéculations fiévreuses sur le sort du dirigeant taliban, donné pour mort dans une fusillade lors d'une réunion de cadres du mouvement islamiste.

Il n'y a pas de preuve que le mollah Mansour, chef des talibans afghans soit mort

Le mollah Akhtar Mansour. © Reuters

De nombreuses sources du mouvement islamiste avaient mis en doute l'authenticité d'un message audio attribué au mollah Mansour diffusé par par les talibans samedi et affirmant que les informations sur sa mort étaient fausses. Des informations contradictoires qui ont alimenté les spéculations sur les divergences au sein du mouvement fondamentaliste. "Il n'y a pas de preuve que le mollah Mansour aient été tué. L'incident qui s'est produit doit être soigneusement analysé", a déclaré le président Ghani lors d'une conférence de presse.

Des hauts responsables des services de renseignement afghans et plusieurs sources talibanes avaient affirmé que le mollah Mansour avait été grièvement blessé mardi dans une fusillade lors d'une réunion de cadres de l'insurrection à Kuchlak, près la ville pakistanaise de Quetta. Vendredi, un porte-parole du gouvernement afghan, Sultan Faizi, avait assuré sur Twitter que Mansour n'avait pas survécu aux tirs.

Les dénégations de la rébellion islamiste sur la réalité même de la fusillade ont été accueillies avec scepticisme, le mouvement ayant gardé secrète pendant plus de deux ans auparavant la mort de son leader historique, le mollah Omar. Le responsable des talibans afghans Abdullah Abdullah a de son côté estimé "hautement vraisemblable" que le mollah Mansour ait été blessé dans une fusillade.

L'incident semble témoigner de divergences profondes au sein de la rébellion, et risque de compliquer les efforts en cours pour relancer un dialogue entre Kaboul et les talibans, avec l'aide d'Islamabad. Le président Ghani a confirmé lundi qu'il se rendait cette semaine au Pakistan pour une réunion régionale.

En savoir plus sur:

Nos partenaires