Grexit: un affaiblissement de l'Europe ouvrant une incertitude géopolitique majeure

08/07/15 à 21:18 - Mise à jour à 21:18

Source: Belga

Au-delà de sa portée économique, une sortie de la Grèce de la zone euro ("Grexit") marquerait un affaiblissement historique de l'Union européenne, ouvrant une période d'incertitude géopolitique majeure alors que les migrants affluent sur son flanc sud, selon des experts.

Grexit: un affaiblissement de l'Europe ouvrant une incertitude géopolitique majeure

© AFP

Le départ de la Grèce ne peut être vu que comme la traduction d'un affaiblissement de l'Europe, que l'Europe est plus vulnérable", analyse Dominique Moïsi, de l'Institut français des relations internationales (Ifri) et professeur au King's College à Londres. "On entre dans l'inconnu absolu. Dans cet inconnu, il y a des scénarios modérés et des scénarios catastrophe et on ne peut exclure ces derniers".

Aux yeux des experts, l'un des premiers dangers serait l'abandon par un Etat en faillite de tout contrôle de l'afflux de migrants, en provenance notamment du Moyen-Orient, que la Grèce, en première ligne au sud avec l'Italie et l'Espagne, peine déjà à gérer.

"On peut imaginer une situation où ce pays ouvre les frontières", relève Heather Conley, spécialiste des questions européennes au Center for Strategic and International Studies à Washington.

Thanos Dokos, directeur de la Fondation hellénique pour la politique étrangère et européenne à Athènes, voit lui aussi les choses "empirer après un Grexit, avec moins de fonds pour le contrôle des frontières et l'interception de personnes suspectes, qui est déjà difficile".

"C'est la question fondamentale: est-ce que la Grèce, parce qu'elle n'est plus dans l'euro, va dire "il n'y a pas de raison que je fasse le sale boulot pour vous"? , lance Dominique Moïsi.

60 000 réfugiés syriens

"La Grèce est l'un des trois pays de la ligne de front dans l'espace Schengen, avec un afflux très important d'environ 60.000 réfugiés syriens depuis le début de l'année", relève aussi François Heisbourg, président de l'International Institute for Strategic Studies (IISS) de Londres et du Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP).

"Les Grecs, je le crains, seront amenés à sortir de Schengen s'ils sortent de l'euro", affirme-t-il, pointant que "la Grèce aura les mains libres pour refouler les migrants, leur donner des billets de ferries pour l'Italie, ou leur montrer les meilleurs points de passage vers les Balkans", créant "un facteur d'instabilité majeure" dans "une région où aucun des problèmes des années 90 n'a été résolu".

"Si un Etat comme la Grèce n'assure plus de criblage", craint-il, "on aura une filière d'infiltration de djihadistes vers l'Europe qui se mettra en place" dans les rangs des réfugiés en provenance de Syrie.

Une sortie de la Grèce de la monnaie unique - une première pour la construction européenne - pose aussi la question de l'avenir de l'édifice, sur lequel les avis sont partagés.

"La Grèce peut quitter la zone euro tout en restant dans l'UE mais effectivement, le risque est, à un moment donné, que ce départ soit une étape importante vers le détricotage de l'UE", estime Dominique Moïsi.

A l'hypothèse du "Grexit" s'ajoute à plus long terme celle d'un "Brexit", avec le référendum attendu d'ici fin 2017 au Royaume Uni sur son maintien ou non dans l'UE.

Malgré l'inexorable montée des mouvements d'extrême droite ou de gauche radicale dans l'Union, Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman à Paris, récuse le scénario d'un délitement. Europhile convaincu, cet expert table sur un effet repoussoir du "chaos" dans lequel la sortie de l'euro menace de plonger la Grèce, qui "poussera à plus d'intégration".

Marche arrière

"Le plus grave", maintient François Heisbourg, "c'est que ça montre que l'Europe (...) peut avoir une marche arrière. Depuis la Guerre froide, on a vécu sur le principe que la construction européenne est irréversible". "La notion que l'Union européenne serait devenue réversible ouvrirait une période d'incertitude majeure. Cela risque de redéfinir complètement le comportement stratégique des autres puissances et de la Russie", renchérit-il.

Pour Andrea Montanino, expert du cercle de réflexion atlantiste Atlantic Council, le président russe Vladimir Poutine "pourrait apporter à la Grèce une aide humanitaire en contrepartie d'une mise sous l'influence" de son pays. Une option "problématique" au regard du conflit ukrainien, dans lequel les sanctions de l'UE à l'égard de Moscou requièrent l'unanimité des Européens pour être prolongées.

En savoir plus sur:

Nos partenaires