France : le chouchou de Marine Le Pen agace au sein du FN

08/03/13 à 12:04 - Mise à jour à 12:04

Source: Le Vif

Moins de deux ans après l'arrivée de Florian Philippot dans les instances de direction du parti, plusieurs responsables s'inquiètent de sa trop grande influence.

France : le chouchou de Marine Le Pen agace au sein du FN

© Reuters

Miroir, mon beau miroir, pourquoi ne suis-je pas, moi aussi, dans la lucarne? "La télé rend fou...", commence Florian Philippot. "Elle rend fous ceux qui n'y sont pas", complète-t-il. Les détracteurs du vice-président du FN, eux, décrivent un toxicomane "addict" aux médias audiovisuels: "Il a été capable d'annuler au dernier moment un déplacement dans une fédération pour pouvoir participer à une émission de télévision."

Jusque-là, le problème Philippot restait circonscrit au cadre d'une jalousie naturelle: encarté au Front national depuis 2011, l'énarque est devenu conseiller préféré de Marine Le Pen, avant d'accéder au haut de l'organigramme. La fusée a décollé. Après s'être contentés de tousser, ceux qui sont restés au sol, dans la fumée, lorgnent désormais sur le pas de tir. Tentés de le saboter.

En guise de plastiquage: des commentaires peu amènes sur son mode de communication - "On dirait un robot" - et, surtout, des critiques sur ses méthodes. Quatre dirigeants certifient que "Florian" a lancé des oukases sur trois journalistes. Pire: après avoir réclamé que plus personne ne parle avec eux, il continue, lui, à les fréquenter. Façon de monopoliser la parole. L'intéressé dément, et dément encore: "Jamais je n'ai fait ça. Ce serait stupide, ce genre de consigne ne marche pas. Je suis pour une relation normalisée, j'ai été le premier à lever le boycott que subissait Mediapart de la part du Front."

Son handicap: il n'a pas de réseau dans l'appareil

Les attaques contre Philippot resteront anonymes: le phénomène est connu, s'attaquer au chouchou de la chef, c'est s'attaquer à elle. "Nous sommes au stade de la grogne, il se pourrait que l'ambiance tourne à la fronde, explique un lepéniste. Philippot, c'est le locataire qui se prend pour le propriétaire. Il devrait faire attention: d'Alain Soral à Philippe Olivier, les gourous de Marine ont toujours fini par sauter." Pour s'en prévenir, l'incontournable trentenaire devrait pouvoir s'appuyer sur un entourage.

Mais il manque de soutiens, et le reconnaît: il n'a pas pu prendre, contrairement à d'autres, le temps nécessaire à la constitution d'un réel et solide réseau dans l'appareil. Ce qu'il ne sait pas, en revanche, c'est qu'il possède moins d'amis qu'il ne le croit. Ainsi lui arrive-t-il, au moment de lister les gens qui l'apprécient, de citer quelques noms parmi ceux qui sont le plus assassins à son endroit.

L'homme qui dérange

L'homme dérange? La ligne agace. Largement responsable de la non-participation de Marine Le Pen, le 13 janvier, à la manifestation contre le mariage pour tous, qui a tellement troublé, il est aussi celui qui a poussé la candidate du FN, en 2012, à ne rien lâcher sur la sortie de l'euro: "On n'a pas réussi à en faire la pédagogie", confiait la patronne en octobre.

Plus récemment, le 11 février, dans le semi-brouhaha d'une réunion du bureau politique, la députée Marion Maréchal a lancé à sa tante une remarque qui ne concernait pas qu'elle: "Attention à ne pas parler que d'économie et de social. Ce serait bien de revenir à nos fondamentaux : la sécurité, l'immigration. Sinon, comment se différencier de Mélenchon ou de Chevènement?" Autour de la table, Philippot, l'ex-étudiant qui, en 2002, collait des affiches du "Che" par-dessus celles du "Menhir", a compris qu'il était - encore - visé.

Tugdual Denis

Nos partenaires