Football et politique : en Argentine, dieu fait de la politique

06/06/18 à 07:25 - Mise à jour à 07:30
Du Le Vif/L'Express du 15/03/18

A travers les trente-deux qualifiés pour la Coupe du monde 2018, Le Vif/L'Express montre combien le sport roi et la politique sont intimement liés. Dix-huitième volet : pourquoi le ballon rond, en Argentine davantage qu'ailleurs, est un instrument de manipulation des masses. Un récit où il est question de Maradona, de Messi et de présidents qui savent utiliser, à leur profit, la passion du sport.

Deux buts de légende. Qui resteront gravés à jamais dans la mémoire de tous ceux qui aiment les passions irrationnelles engendrées par le football. Et qui consacrent la dimension symbolique de ce sport. Le 22 juin 1986, dans le stade Azteca de Mexico, l'Argentine affronte l'Angleterre en quarts de finale de la Coupe du monde. Le match se déroule sous haute tension nationaliste. Il flotte dans l'air un parfum de revanche, car l'histoire récente enflamme les esprits. Diego Maradona, tel un génie malin, s'apprête à sortir de sa boîte...
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires