Etats-Unis : à quoi sert le Super Tuesday ?

06/03/12 à 12:45 - Mise à jour à 12:45

Source: Le Vif

Dix Etats américains votent pour départager quatre candidats républicains ce mardi. Mais pourquoi diable ce jour est-il "super" ?

Etats-Unis : à quoi sert le Super Tuesday ?

© Image Globe

Ce n'est pas le Superbowl, certes. Manquent les footballeurs américains, Madonna et les publicités à l'entracte... Mais le Super Tuesday reste une journée sportive pour les Américains - et une tradition politique. Tous les quatre ans, plusieurs Etats choisissent de voter le même jour, un mardi de février ou de mars, afin de départager les prétendants à l'investiture des partis avant l'élection présidentielle. Cette année, le Super Tuesday tombe ce mardi 6 mars. Seul le camp républicain est concerné, puisque le candidat démocrate est tout trouvé: il s'agit du président sortant Barack Obama. Qui sera son contradicteur en novembre prochain: Mitt Romney, Rick Santorum, Newt Gingrich ou Ron Paul?

Une rampe de (re)lancement

Le Super Tuesday permet traditionnellement de donner une indication sur l'identité du futur champion, tout comme les premiers Etats qui ouvrent le bal, l'Iowa et le New Hampshire. Deux mois après ces premières consultations, ce rendez-vous représente un point d'étape pour un favori qui peine à convaincre son camp (Mitt Romney), un potentiel rebond pour un outsider qui a déjà enregistré des succès (Rick Santorum), un moyen de relancer une campagne en grave perte de vitesse (Newt Gingrich), ou encore l'occasion de remporter enfin une victoire locale (Ron Paul).

Dix Etats votent

Dix Etats votent ce mardi. Par ordre alphabétique : l'Alaska, le Dakota du Nord, la Géorgie, l'Idaho, le Massachusetts, l'Ohio, l'Oklahoma, le Tennessee, le Vermont et la Virginie. Certains tiennent des caucus (Alaska, Idaho, Dakota du Nord), d'autres des primaires (les sept autres Etats). Pour connaître la différence, voyez notre lexique dans notre infographie consacrée à ces consultations.

Pas de vainqueur définitif

Le cru 2012 s'annonce très complexe, et finalement peu déterminant. C'est mathématique: au total, 437 délégués seront distribués aux candidats à l'issue de ces consultations simultanées. Pour "sécuriser" une victoire lors de la nomination officielle du candidat à la convention de Tampa au mois d'août, il faut avoir dépassé la barre des 1144 délégués.

Mitt Romney mène actuellement cette course avec 203 délégués déjà gagnés, devant Rick Santorum (92), Newt Gingrich (33) et Ron Paul (25), selon les chiffres d'Associated Press. Même si Mitt Romney récupérait tous les délégués liés au Super Tuesday, il n'obtiendrait que 670 délégués. Insuffisant et improbable: certains Etats distribuent leurs délégués de façon proportionnelle (Alaska, Géorgie, Idaho et Massachussetts), de sorte que le vainqueur d'un Etat ne remporte pas tous les délégués mis en jeu mais seulement un peu plus que les candidats vaincus.

Pourquoi l'Ohio compte

Ce mardi, de tous ces Etats, la Géorgie et ses 76 délégués, l'Ohio (66 délégués) et le Tennessee (58 délégués) sont les plus importants numériquement. Mais sur le plan politique, c'est surtout l'Ohio qui suscite l'intérêt des Américains. Les deux principaux candidats Mitt Romney et Rick Santorum y sont donnés au coude-à-coude. Séduire cet Etat est essentiel dans l'optique du vote de novembre: "L'Ohio est un important swing-state en novembre, on y trouve en force l'électorat clé des cols-bleus" au coeur d'une région industrielle en pleine reconversion, rappelle Politico. Aucun candidat républicain n'a jamais gagné la présidence des Etats-Unis sans avoir au préalable remporté l'Ohio pendant les primaires de son camp.

Marie Simon

Nos partenaires