Des millions d'enfants n'iront jamais à l'école

16/06/14 à 19:21 - Mise à jour à 19:21

Source: Le Vif

Malgré des améliorations notables, des millions d'enfants dans le monde ne pourront jamais aller à l'école. La problématique touche principalement l'Afrique centrale et de l'Ouest, où "un enfant sur cinq ne verra jamais une salle de classe", révèlent lundi deux rapports de l'UNICEF et de l'Institut de statistique de l'UNESCO, à l'occasion de la Journée de l'enfant africain qui se déroule le 16 juin.

Des millions d'enfants n'iront jamais à l'école

© Reuters

Les études indiquent que le taux d'enfants non scolarisés est le plus élevé du monde en région Afrique de l'Ouest et centrale. Il atteint 28 %, ce qui signifie qu'environ 19 millions d'enfants en âge d'aller à l'école primaire sont touchés. "Ceci est pour une bonne part dû à deux facteurs : premièrement, les pays concernés doivent se défaire d'un héritage historique d'accès limité à l'éducation scolaire pour les populations des zones rurales", peut-on lire dans les rapports. "D'autre part, ces pays ont du mal à répondre à la demande d'une éducation de qualité exprimée de plus en plus fortement par une population d'âge scolaire croissante, selon l'UNICEF et l'UNESCO.

" Les organisations pointent également le problème souvent appelé "crise de l'enseignement", soit la mauvaise qualité de l'éducation offerte par de nombreuses écoles. "Des classes surchargées, du matériel pédagogique en quantité insuffisante et un manque d'enseignants font qu'un grand nombre d'enfants redoublent et abandonnent l'école sans avoir acquis les connaissances de base", indiquent les études.

Les rapports soulignent qu'il importe de s'attaquer au problème de la pauvreté liée à des revenus insuffisants ainsi qu'à ceux de la situation géographique et de l'appartenance sexuelle.Il n'existe pas de solution universelle au problème, estime Lien Vanden Bossche, d'UNICEF Belgique. "La grande disparité en termes d'accès à l'éducation est clairement due à d'importants facteurs structurels. Afin de combattre ces inégalités, il faut les placer dans une perspective plus large."

En savoir plus sur:

Nos partenaires