Des commerçants d'un petit village copient l'évasion fiscale des multinationales

12/11/15 à 10:57 - Mise à jour à 11:18

Source: The Independent

Des commerçants d'un petit village du Pays de Galle ont décidé de se révolter contre les multinationales qui profitent des lois fiscales britanniques pour éluder l'impôt. A leur petite échelle, ils ont décidé, eux aussi, de profiter légalement d'astuces offshore.

Des commerçants d'un petit village copient l'évasion fiscale des multinationales

Crickhowell au Pays de Galle © Google Maps

Dans le petit village touristique de Crickhowell, au Pays de Galle, les commerçants en ont assez de payer des impôts élevés alors que d'autres grandes entreprises comme Facebook et Google arrivent à passer à travers les mailles du filet grâce à des montages financiers ingénieux qui leur permettent de payer le moins d'impôts possible. En réaction à cette situation, ils ont décidé, eux aussi, de se constituer une situation "off-shore" fiscalement intéressante, sous la bannière 'Powys tax rebellion', relate le quotidien anglais The Independent.

Avec l'aide d'experts en fiscalité, ils ont étudié les trucs et astuces des multinationales comme Starbucks et Google afin de les copier et de les soumettre au fisc britannique. Si leur montage est approuvé, les propriétaires du café, de la librairie, de la boulangerie et d'autres petits commerces de ce village de 2800 habitants pourraient bien être exemptés d'une grosse partie des impôts qu'ils payent actuellement.

Ce qui les a fait réagir: le fait qu'un des commerçants a découvert que les impôts qu'il paie pour sa société sont sept fois plus élevés que ceux que paie Facebook note De Morgen. Malgré ses plantureux bénéfices, l'entreprise de Mark Zuckerberg a payé l'année dernière moins de 5000 livres (7000 euros) à l'Etat britannique.

D'autres sociétés font encore mieux. Depuis 2008, la marque Caffè Nero, par exemple, est installée à Londres mais ne paie aucun impôt malgré un chiffre d'affaires de plus de 1,2 milliard de livres. Les bénéfices étant redirigés vers le Luxembourg, et l'Isle de Man, un paradis fiscal au large de la Grande-Bretagne.

5000 livres en moins d'impôts

Les montages d'évasion fiscale mis sur pied par le groupe de Gallois font partie d'une stratégie légale qui peut être recopiée par d'autres commerces de la région et de Grande-Bretagne. Leur action est aussi symbolique, leur but est de faire réagir le gouvernement britannique face à cette injustice. "Nous sommes d'accord de payer des impôts, nous profitons tous des écoles et des hôpitaux, mais nous croyons fermement que les grandes compagnies devraient également payer leur juste part", déclare la propriétaire d'un atelier de fumaison de saumon, Jo Carthew au Independent. Steve, le tenancier du café du village ajoute : "J'ai vraiment du mal de tout payer gentiment alors que d'autres concurrents avec de grands noms font tout pour passer à travers les mailles du filet". "Les coûts élevés d'avocats ne permettent qu'aux grandes entreprises de profiter de ces astuces offshore", complète Jo Carthew. "Le montage que nous avons trouvé devrait montrer que les petits commerces, s'ils se regroupent, peuvent payer moins d'impôts en imitant les stratégies utilisées par les multinationales".

Le gouvernement n'a pas tardé à réagir. "Nous examinerons leur plan", a promis un porte-parole du Trésor, jugeant "incorrecte" l'idée que les grandes entreprises ne sont pas taxées comme il le faudrait. "Nous avons rapatrié des dizaines de milliards de livres ces dernières années en nous assurant que les multinationales ne contournent pas les règles fiscales", a-t-il souligné, cité par Franceinfotv.fr.

Il y a près d'un an, le gouvernement britannique a mis en place une taxe de 25% sur les bénéfices générés par les multinationales sur leur activité réalisée au Royaume-Uni mais qu'elles font sortir artificiellement du pays, surnommée "Google tax". Cette taxe doit rapporter 1 milliard de livres (environ 1,4 milliard d'euros) sur cinq ans.

Le mouvement des commerçants de Crickhowell a été filmé par la BBC, le documentaire intitulé The town that went offshore (La ville devenue offshore), sera diffusé en 2016. Les réalisateurs ont aussi enquêté du côté de l'Isle de Man et d'Amsterdam où Starbucks a été pointé du doigt par la Commission européenne pour ses pratiques fiscales douteuses.

Nos partenaires