Cyclone Vanuatu : le changement climatique "a contribué" au désastre

16/03/15 à 07:43 - Mise à jour à 08:49

Source: Belga

"Le président du Vanuatu, Baldwin Lonsdale, a estimé lundi que le changement climatique avait "contribué" à la puissance dévastatrice du cyclone Pam, qui a rasé des villages entiers de cet archipel du Pacifique sud et fait "six morts et plus de 30 blessés" dans la capitale Port Vila.

Cyclone Vanuatu : le changement climatique "a contribué" au désastre

© Xinhua

Il s'exprimait sur une télévision australienne juste avant son départ de Sendai, dans le nord-est du Japon, où il participait à une conférence des Nations unies sur la prévention des catastrophes naturelles. Le dirigeant s'apprêtait à rejoindre Tokyo afin de prendre un vol pour Sydney, d'où il regagnera son pays, a indiqué à la presse un porte-parole de l'ONU, Denis McClean. Le président a par ailleurs salué la réponse rapide de la communauté internationale, après l'appel lancé samedi à la tribune, devant les représentants de 190 pays. "Il a souligné combien il était miraculeux qu'il ait été présent à Sendai quand le drame est survenu, car il a eu ainsi l'opportunité de s'adresser au monde, d'accéder aux médias et aux donateurs", a ajouté M. McClean.

"Tout à reconstruire"

Le président du Vanuatu, Baldwin Lonsdale, a indiqué lundi que "tout était à reconstruire" après le passage du cyclone Pam, qui a dévasté l'archipel du Pacifique Sud, appelant à l'aide de la communauté internationale dans cette immense tâche. "Dans l'immédiat, il nous faut un soutien humanitaire, à plus long terme nous avons besoin d'une aide financière et d'assistance pour commencer à reconstruire nos infrastructures. Nous avons tout à reconstruire", a déclaré à l'AFP le dirigeant, sur le point de quitter Sendai (nord-est du Japon), où il participait à une conférence des Nations unies sur la prévention des catastrophes naturelles. "C'est un coup dur pour l'ensemble du pays. Après tous les progrès réalisés ces deux dernières années, ce puissant cyclone a complètement détruit toutes les installations que le gouvernement avait bâties", a-t-il déploré.

Sur place, l'ampleur de la catastrophe restait très difficile à évaluer, plus de 48 heures après le passage de Pam, cyclone de catégorie 5 -la plus élevée- avec des rafales de vent ayant dépassé les 320 km/h. M. Lonsdale a fait état de "six morts confirmés et plus de 30 blessés seulement à Port Vila", mais les autorités, qui ont décrété l'état d'urgence samedi, redoutent un bilan plus lourd. L'ONU a pour sa part évoqué la mort non confirmée de 44 personnes dans cet archipel aux 80 îles, l'un des pays les plus pauvres du monde, où commencent à atterrir des avions militaires étrangers chargés de nourriture et de matériel de secours.

En savoir plus sur:

Nos partenaires