Cameron durcit les règles pour les immigrants européens

27/11/13 à 21:32 - Mise à jour à 21:32

Source: Le Vif

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé mercredi un durcissement des règles d'allocation des aides sociales aux immigrants européens, peu avant l'ouverture complète du marché du travail aux Roumains et aux Bulgares, s'attirant des critiques de Bruxelles qui a mis en garde contre l'"hystérie".

Cameron durcit les règles pour les immigrants européens

© Reuters

Dans une tribune adressée au Financial Times, le dirigeant conservateur a aussi exprimé le souhait que la liberté de mouvement ne s'exerce plus "de façon inconditionnelle", dans le cadre de sa tentative de réformer l'Union européenne. Mais le commissaire européen à l'Emploi Laszlo Andor a accusé David Cameron dans une interview accordée à la BBC d'avoir eu une "réaction excessive et malencontreuse" et d'avoir travesti la réalité. "La libre circulation est un droit fondamental que la Commission défend. Nous allons examiner en détail les déclarations de M. Cameron", a réagi pour sa part la commissaire chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström. Le chef du gouvernement britannique, qui s'est engagé à organiser un référendum sur l'appartenance de son pays à l'UE avant la fin 2017 en cas de réélection de son parti, a affirmé, sous la pression croissante des eurosceptiques, "partager les inquiétudes" de la population. Cette dernière redoute un afflux massif d'immigrants roumains et bulgares une fois levées les restrictions dont ils font l'objet, le 1er janvier prochain. "Il est très important d'envoyer un message clair à tous ceux qui pensent venir en Grande-Bretagne parce qu'il est plus facile d'y toucher des aides sociales", a martelé David Cameron. Il a donc annoncé un "changement des règles" pour que les nouveaux arrivants européens ne puissent pas prétendre à l'allocation chômage pendant les trois premiers mois de leur séjour, et veut limiter à six mois le versement de cette allocation "à moins qu'ils ne puissent prouver qu'ils ont de vraies perspectives d'emploi". Les nouveaux arrivants ne pourront pas non plus demander immédiatement d'allocation logement, et le niveau minimum de revenus leur ouvrant droit à des aides va être revu. "Ce sont là des réformes adaptées et raisonnables pour s'assurer que le droit au travail ne débouche pas automatiquement sur le droit à réclamer" des aides, a renchéri le vice-Premier ministre Nick Clegg. David Cameron avertit en outre que ceux qui "ne sont pas là pour travailler, qui mendient ou dorment dans la rue, seront renvoyés".

Nos partenaires