Borloo ne sera pas président... Sarkozy non plus ?

03/10/11 à 11:56 - Mise à jour à 11:56

Source: Le Vif

Le centriste Jean-Louis Borloo a déclaré dimanche qu'il renonçait à se présenter à l'élection présidentielle de 2012 en France. Si l'UMP exulte, un sondage publié ce lundi dans Libération vient quelque peu refroidir l'ambiance.

Borloo ne sera pas président... Sarkozy non plus ?

© EPA

Jean-Louis Borloo renonce à la présidentielle. "Cette dynamique des centres n'est pas à mon avis suffisante pour porter une candidature (...) pour être présent au second tour de la présidentielle", a déclaré ce dimanche le président du Parti radical dans le journal de 20 heures sur TF1. "En mon âme et conscience, j'ai considéré que ce serait une candidature qui apporterait plus de la confusion que des solutions", a-t-il ajouté. Jean-Louis Borloo, inspirateur du parti centriste l'Alliance républicaine, écologiste et sociale (Ares), avait déclaré le mois dernier être "dans la dernière ligne droite" avant sa déclaration de candidature.

L'UMP se réjouit

L'UMP a aussitôt salué la "clairvoyance" de Jean-Louis Borloo, sous la forme d'un communiqué de Sébastien Huyghe, secrétaire national du parti majoritaire. "La situation engendrée par la crise de notre pays nécessitait de ne pas ajouter de la confusion politique à la confusion économique et financière", écrit-il.

"Les idées portées par Jean-Louis Borloo et ses amis doivent avoir toute leur place dans le programme de l'UMP en cours d'élaboration. Nous devons être tous ensemble derrière Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012, si celui-ci déclare sa candidature à un second quinquennat", ajoute-t-il.

Et si Nicolas Sarkozy n'était pas candidat ? Nicolas Sarkozy n'est peut-être pas le meilleur pour faire gagner l'UMP en 2012. Selon un sondage Viavoice pour Libération publié ce lundi, Alain Juppé serait le mieux à même de faire gagner la droite pour la présidentielle. Pour 2/3 des français le président en exercice perdrait les élections présidentielles de 2012 s'il se présentait.

Les causes de ce désamour des Français vis-à-vis du Président sont "La dette et les déficits publics" pour 65% des sondés, "l'insuffisance des résultats économiques et sociaux" pour 64% et "les affaires politico-financières" pour 62% des personnes interrogées. Seul élément positif de ce sondage pour le chef de l'Etat : 54% des sympatisants UMP estiment que Sarkozy reste "le meilleur candidat.

Malgré ce sondage guère positif pour le président, ses proches refusent de remettre en question la candidature de Nicolas Sarkozy. François Fillon a précisé la semaine dernière qu'il soutiendrait sans réserve la candidature de Nicolas Sarkozy. Alain Juppé a lui expliqué jeudi dernier, avec un brin de malice, qu'il soutiendrait Nicolas Sarkozy "sans ambiguité"...s'il est bien candidat.

LeVif.be avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires