2010, année des catastrophes naturelles

24/01/11 à 17:31 - Mise à jour à 17:31

Source: Le Vif

Avec près de 300.000 morts victimes des catastrophes naturelles, 2010 aura été l'année où la Terre aura le plus tué. Cela ressort d'une étude commandée par l'ONU, qui établit aussi la facture des 373 catastrophes retenues.

2010, année des catastrophes naturelles

© Belga

2010 a été l'une des années où les catastrophes naturelles ont été les plus meurtrières ces deux dernières décennies, avec un bilan de près de 297.000 morts, cependant qu'il y a eu plus de 207 millions de personnes sinistrées, selon une étude réalisée pour l'ONU publiée lundi. 2010 a également été une des pires en termes de pertes économiques, les 373 catastrophes majeures enregistrées dans l'année ayant provoqué pour 109 milliards de dollars (80 milliards d'euros) de dommages, souligne l'étude du Centre de recherche sur l'épidémiologie des Catastrophes (CRED) faite pour le compte de l'ONU.

L'année a été "une des pires de ces dernières décennies en termes de personnes tuées et de pertes économiques", a expliqué au cours d'un point de presse la Représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU pour la prévention des risques de catastrophes, Margareta Wahlström, d'après laquelle les "chiffres sont affligeants". "Si nous n'agissons pas aujourd'hui, nous subirons de plus en plus de catastrophes causées par l'urbanisation non planifiée et la dégradation de l'environnement", a insisté la responsable, prédisant une augmentation du "nombre des catastrophes liées aux conditions climatiques".

Le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti qui a dévasté la capitale Port-au-Prince, est en tête pour les pertes humaines, ayant compté pour les deux tiers du nombre des morts (222.500). Le CRED considère par ailleurs que la canicule de l'été en Russie a été le deuxième évènement le plus meurtrier de l'année, en faisant 55.736 morts, d'après des données compilées à partir de rapports des assureurs et d'informations des médias.

En termes économiques, le bilan plus lourd est celui du tremblement de terre au Chili en février 2010 qui a coûté plus de 30 milliards de dollars (22 milliards d'euros). Le séisme avait été suivi d'un tsunami ayant provoqué la mort de 521 personnes. Les inondations et glissements de terrain qui ont frappé la Chine pendant l'été ont quant à eux causé pour 18 milliards de dollars de dégâts tandis que les inondations historiques au Pakistan ont coûté 9,5 milliards de dollars, note l'étude annuelle du CRED.

Quant au tremblement de terre en Haïti, déjà le pays le plus pauvre des Amériques, il a entraîné pour huit milliards de dollars de dommages.

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires