Interdiction des animaux sauvages dans les cirques - L'Association européenne de Cirque demande au Sénat de recourir à son droit d'évocation

18/01/14 à 18:44 - Mise à jour à 18:44

Source: Le Vif

(Belga) L'Association européenne de Cirque (ECA) demande samedi au Sénat d'évoquer le projet de loi prévoyant l'interdiction des animaux sauvages dans les cirques, adopté par la Chambre des représentants. Le Sénat dispose jusqu'à lundi pour éventuellement se saisir du texte.

Interdiction des animaux sauvages dans les cirques - L'Association européenne de Cirque demande au Sénat de recourir à son droit d'évocation

La Chambre a approuvé le 18 décembre dernier l'interdiction des animaux sauvages dans les cirques (lions, tigres, éléphants, jaguars, etc.), prévue dans un projet de loi portant des dispositions diverses en matière de bien-être animal. Le texte prévoit notamment que seuls certains animaux (bovins, buffles, porcs, lamas, dromadaires, chameaux, furets, lapins, chiens et chats, pigeons, oies, gallinacés, perroquets, perruches et canards, chevaux, ânes et poneys, moutons et chèvres) seront autorisés dans les cirques, moyennant le respect des normes minimales d'hébergement fixées pour assurer leur bien-être. L'Association européenne de Cirque dénonce des amendements et une nouvelle loi "expédiés et votés par la Chambre des représentants (...) avec une rapidité surprenante et sans aucune concertation préalable et légitime". L'ECA estime en outre que ces dispositions "ont de graves répercussions sur le monde du cirque, son fonctionnement, son avenir et surtout celui des animaux". L'ECA demande dès lors au Sénat d'évoquer, ce lundi 20 janvier, -dernier jour du délai d'évocation-, le projet de loi adopté à la Chambre et "invite les autorités publiques à passer à la concertation, à l'écoute et au dialogue". "L'avis de la profession, ainsi que l'analyse et les conseils des experts et vétérinaires, pourront apporter plus de nuance dans le débat et contribueront sans aucun doute à une interprétation plus réaliste et équilibrée de la situation actuelle dans les cirques (soins, respect, bien-être, hébergement, installations et transport des animaux)", conclut l'ECA. (Belga)

Nos partenaires