France : une, deux, trois ou quatre bises ? Une carte pour s'y retrouver

02/04/14 à 10:52 - Mise à jour à 10:52

Source: Le Vif

Le nombre de bises donné en guise de salut quotidien dépend du pays et de la région dans laquelle on se trouve, mais aussi de sa classe sociale. Le quotidien Le Parisien publie une "carte des bisous" par département français.

France : une, deux, trois ou quatre bises ? Une carte pour s'y retrouver

© Le Parisien

Se faire la bise, un rituel très répandu en France qui panique souvent les Américains, habitués au bon gros "hug", et nos compatriotes du nord de l'Europe plus distants. Car le nombre de bisous appuyés ou plus timides donnés sur la joue de la vague connaissance ou de l'ami proche que l'on rencontre varie énormément à travers le monde, et même d'un département à l'autre en France. C'est ce que démontre Le Parisien avec cette "carte des bisous".

La bise, en plus de son acte social visant à saluer ou à prendre congé de quelqu'un est certes une manifestation d'amitié, mais est aussi un signe fort d'appartenance locale. Comme le mentionne Le Parisien, certaines personnes se battent pour sauvegarder leur coutume. Dans le Finistère, l'association Grubub (Groupement de Réhabilitation de l'Usage de la Bise Unique à Brest) milite sur Facebook en voyant le développement de plus en plus grand dans leurs contrées de l'usage de la double bise.

Joue gauche ou joue droite?

A ce niveau, la France est un véritable casse-tête. Dans une partie de la Provence, on pratique la double bise, mais trois bisous prévalent dans le Massif central, les départements de la Drôme, l'Hérault ou encore le Gard...Dans le Nord du pays, deux bises sont de rigueur, mais en descendant sur Paris, dans le département de la Marne par exemple, on passe à 4 bises.

La capitale française brouille encore plus les pistes. En Seine-Saint-Denis, région réputée pour être populaire, on fait claquer 4 baisers affectueux alors qu'à Paris même, seulement deux sont de rigueur. Car une autre donnée vient compliquer la tradition : la classe sociale. Les cadres et les bourgeois effleurent ainsi à peine les joues de leur interlocuteur. Et le rituel est encore plus subtil, car dans certaines régions, il est de coutume de commencer par la joue gauche...ou par la droite !

En savoir plus sur:

Nos partenaires