Incroyable découverte : un extrait de la bible se cachait derrière un manuscrit du Coran du 8e siècle

03/05/18 à 14:06 - Mise à jour à 07/05/18 à 14:20

Alors qu'elle analysait un manuscrit du Coran vendu par la maison de vente aux enchères Christie's en 2008, une chercheuse française a fait une découverte surprenante : à l'arrière d'une page, des passages bibliques y étaient écrits.

Incroyable découverte : un extrait de la bible se cachait derrière un manuscrit du Coran du 8e siècle

Selon Éléonore Cellard, le fragment pourrait venir d'Égypte, maison de la communauté copte au moment de la conquête arabe. © Christie's

En 2008, la maison aux enchères Christie's vend un catalogue comprenant des pages de palimpseste. Il s'agit d'un ancien manuscrit constitué d'un parchemin déjà utilisé, dont on a fait disparaître les inscriptions pour y écrire à nouveau. Son contenu ? Des fragments d'un manuscrit du Coran daté du 8e siècle.

Dix ans plus tard, l'une des pages de ce palimpseste se retrouve entre les mains d'une doctoresse française, Éléonore Cellard. Elle y cherche des images, étudie les tracés, analyse le document. Alors qu'elle scrute l'une des images en détail, cette érudite aux yeux de lynx tombe sur un passage suspect : derrière l'écriture arabe apparaissent des lettres coptes (langue des chrétiens d'Égypte). Une découverte "extraordinaire" puisqu'il s'agirait du seul palimpseste enregistré dans lequel un texte chrétien a été effacé pour retranscrire à la place un texte sacré islamique.

En grattant la surface, on peut découvrir des secrets

Enchantée et surprise de sa trouvaille, la chercheuse contacte alors Christie's, qui lui renvoie rapidement des versions du document en haute définition : "Grâce aux images et à leur re-travail sur Photoshop, quelques mots du texte inférieur copte ont pu être déchiffrés. Nous savons désormais qu'au moins une partie de ce texte contenait des passages bibliques, écrits dans le dialecte sahidique" explique-t-elle au Huffington Post.

Ensemble, ils déchiffrent le document et parviennent ainsi à identifier le texte copte comme provenant du livre de Deutéronome de l'Ancien Testament - une partie de la Torah et de l'Ancien Testament chrétien.

Incroyable découverte : un extrait de la bible se cachait derrière un manuscrit du Coran du 8e siècle

© Getty Images/iStockphoto

Selon Éléonore Cellard, le fragment pourrait venir d'Égypte, maison de la communauté copte au moment de la conquête arabe : "Comme la communauté copte était essentiellement basée en Égypte, il est hautement probable que le manuscrit ait été réalisé également en Égypte. D'amples analyses du texte sous-jacent nous permettront peut-être de situer plus précisément l'origine du manuscrit".

Des preuves d'interactions entre les communautés religieuses

La réutilisation d'un ancien manuscrit de prime abord chrétien par la religion islamique est un fait incroyable pour l'histoire des deux communautés : "C'est une découverte très importante pour l'histoire du Coran et de l'Islam primitif. Nous avons ici un témoignage d'interactions culturelles entre différentes communautés religieuses", a déclaré la scientifique.

Pour le spécialiste de Christie's, Romain Pingannaud, cité par The Guardian, "c'est fascinant, surtout parce que c'est le seul exemple de texte arabe retranscrit sur un texte non arabe. Et ce qui est encore plus fascinant, c'est qu'il est au-dessus des passages de l'Ancien Testament... Cela montre le contact entre les communautés dans les premiers siècles de l'Islam".

Lire aussi : Découverte fascinante : les plus vieux manuscrits du Coran retrouvés à Birmingham

Il existe très peu de palimpsestes coraniques. Cette rareté s'expliquerait notamment par l'importance du Coran dans la religion islamique : "Nous pensons que c'est parce que le Coran est un texte d'une telle importance. Bien que le vélin soit très cher, le Coran a toujours été écrit sur du nouveau matériel. Parce qu'il était très vénéré, on utilisait du matériel neuf". Dans les mondes byzantins et grecs, cependant, l'utilisation de palimpsestes est assez commune. Le parchemin est en effet une matière très solide, sensible à l'humidité, mais qui ne souffre pas trop.

Retour à la case départ

Le document en question a depuis été remis aux enchères par Christie's. La maison l'a vendu au prix de 678 504 euros, une valeur qui dépasse largement l'estimation faite par les spécialistes. Ces derniers prévoyaient un chiffre de vente à 136 000 euros. "L'importance de ce texte résonne avec les réalités historiques des communautés religieuses au Moyen-Orient et est, en tant que tel, un vestige inestimable des premiers siècles de l'islam", explique la maison internationale de vente aux enchères dans un communiqué.

Chavagne Mailys

Nos partenaires