France: 1 page Facebook revendique 1 million de soutien au bijoutier qui a tué un braqueur

14/09/13 à 22:44 - Mise à jour à 22:44

Source: Le Vif

(Belga) Une page Facebook de "Soutien au bijoutier de Nice" (sud de la France), inculpé pour homicide volontaire après avoir tué un cambrioleur, revendiquait samedi 1,2 million de soutiens, un chiffre dont l'ampleur a suscité un débat et des doutes sur Twitter.

Sur cette page ouverte il y a quelques jours, la majorité des internautes dénonce un "Etat démissionnaire de sa mission de protection des citoyens", alors que le débat sur la légitime défense, notamment des commerçants agressés, bat son plein en France. "Malheureusement nous vivons dans un pays où si l'on veut que justice soit faite, c'est à nous de la faire", écrit l'un des visiteurs, tandis qu'un autre estime que "le braqueur a mérité son sort". De nombreux utilisateurs de Twitter semblent douter du caractère réel de cette vague de soutien et émettent l'hypothèse que des "likes" aient été achetés. Une hypothèse rejetée par d'autres twittos, tel Guilhem Fouetillou (@gfouetil), professeur associé à l'Institut d'études politiques de Paris et fondateur d'un institut d'analyse des conversations sur le web. "Au prix du marché noir, 950.000 likes coûteraient 15.000 dollars. Un tel investissement est peu probable", a-t-il relevé dans un tweet. Le bijoutier niçois, qui avait tué mercredi un des cambrioleurs, a été mis en examen vendredi pour homicide volontaire et assigné à résidence avec bracelet électronique. Les deux voleurs avaient dérobé des bijoux sous la menace d'une arme. Le voleur, âgé de 18 ans, a été mortellement blessé d'une balle dans le dos. Seul parti politique à s'exprimer, le Front national (extrême droite) soutient le bijoutier "peut-être victime du laxisme d'Etat" pour la présidente du parti Marine Le Pen. Son père et prédécesseur Jean-Marie Le Pen a été plus net : "Je crois que si j'avais été le bijoutier, j'aurais fait comme lui". Un rassemblement devrait être organisé lundi à Nice par des commerçants pour exprimer leur solidarité et dénoncer "les agressions en général". (Belga)

Nos partenaires