Espionnage - "Les réactions des Européens sont excessives"

11/07/13 à 20:38 - Mise à jour à 20:38

Source: Le Vif

(Belga) Les réactions de certains pays européens à l'affaire d'espionnage mondial des communications électroniques par l'Agence de sécurité américaine NSA, sont excessives, a estimé jeudi le président de l'Estonie, Toomas Hendrik Ilves.

Espionnage - "Les réactions des Européens sont excessives"

"Je pourrais encore comprendre une telle indignation de la part des pays européens qui seraient vraiment des vierges innocentes et pas impliquées dans ce genre d'activités", a ironisé le président estonien dans une interview au journal Postimees. "Mais il est très difficile de comprendre cette attitude critique quand on sait que certains grands pays européens ont agi de la même manière", a-t-il déclaré, tout en faisant référence aux dernières révélations de programmes d'espionnage allemand, français et britannique. Ilves a rejeté les accusations selon lesquelles l'Estonie aurait participé à ce genre de programme d'espionnage. L'affaire d'espionnage par les Etats-Unis a assombri les relations entre les deux partenaires. Les révélations sur l'espionnage de bureaux de l'UE par les renseignements américains ont pesé dès le premier tour de négociations lancées lundi à Washington sur le libre-échange visant à créer l'une des plus grandes zones de libre-change dans le monde. L'Estonie, pays de 1,3 million d'habitants est très en pointe sur les technologies informatiques. C'est l'un des pays d'Europe les plus connectés à l'Internet, ses citoyens ayant accès par internet à la majorité des services publics. C'est à Tallinn que l'Otan a créé en 2008 un Centre de recherche et de formation à la cyberdéfense (CCDCOE) où des experts en informatique européens et américains travaillent sur des systèmes de protection des réseaux informatiques de l'Alliance atlantique en cas de cyber-attaques. Keith B. Alexander, chef de la NSA, l'Agence de sécurité américaine impliquée dans l'affaire d'espionnage, a ouvert début juin le centre où travaillent quelque 400 experts informatiques. (Belga)

Nos partenaires