Espionnage Belgacom - Les différents mandats de Michel Moll posent la question du conflit d'intérêt

18/09/13 à 18:30 - Mise à jour à 18:30

Source: Le Vif

(Belga) Michel Moll, le président ad interim du conseil d'administration de Belgacom actuellement dans la tourmente pour son rôle de conseiller stratégique de la société chinoise Huawei - soupçonnée d'espionnage -, exerce différents mandats qui pourraient créer de potentiels conflits d'intérêts, estime mercredi l'hebdomadaire Marianne sur son site internet.

Etiqueté MR, Michel Moll est ainsi membre du collège des censeurs de la Banque nationale de Belgique, administrateur de la Société belge d'investissement international (SBI), administrateur de la Société belge d'investissement pour les pays en développement (BIO), administrateur de la société aéronautique Sonaca et de Wespavia, détaille Marianne. L'homme a également fondé la SCRL familiale 2MConcept. Basée à Woluwé-Saint-Pierre, 2MConcept a été créée le 13 février 2010, date qui coïncide avec les activités de conseil de Michel Moll pour le compte de Huawei, poursuit l'hebdomadaire. "Or, par le biais de ses mandats au sein de la Banque nationale (stratégie financière de l'Etat belge), Belgacom (télécommunications et multimédia), Sonaca (aéronautique) et Wespavia (qui gère la participation financière de la SRIW dans Techspace Aero et Herstal), Michel Moll a accès à de nombreuses informations stratégiques d'importance nationale qu'il pourrait ainsi facilement monnayer auprès de ses clients privés - tels Huawei ou d'autres - via sa société de consultance 2MConcept", ajoute Marianne. Selon le magazine, enfin, 2MConcept a versé, en 2011, 216.000 euros de dividendes à ses actionnaires: Michel Moll (51%), son épouse (25%), et ses deux filles (12% chacune). (Belga)

Nos partenaires