Wallonie : le retour en grâce du gaz de houille

28/11/14 à 10:07 - Mise à jour à 10:07

Source: Le Vif/l'express

La Wallonie se remet à rêver d'or noir. Ses abondantes réserves de grisou pourraient lui fournir un regain d'énergie inespéré. Elles suscitent l'intérêt d'industriels. Et la convoitise d'Albert Frère...

Wallonie : le retour en grâce du gaz de houille

© Belga

Les Wallons n'ont pas de pétrole mais du gaz de houille à profusion : entre 100 et 200 milliards de m³ nichés dans le sous-sol. Carlo Di Antonio, ministre régional CDH de l'Environnement, vient d'exprimer un intérêt pour la cause : "L'exploration et l'exploitation du potentiel gazier constituent une opportunité de voir se concrétiser des investissements importants en matière d'exploration du sous-sol profond de la Wallonie. On peut donc étudier ce dossier." De quoi mettre la puce à l'oreille aux opérateurs privés à l'affût de filons potentiellement juteux. L'un d'entre eux est déjà sur la balle. Le Carolo Albert Frère lorgne sur le sous-sol de son Hainaut natal. Il a mis sur le coup une filiale de son holding financier, la CNP, qui a introduit deux demandes d'exploration-exploitation du gaz : l'une pour un captage sur mine fermée à Péronnes-Anderlues, l'autre ciblée sur les massifs inexploités au sud du bassin houiller Quiévrain-Couillet.

Les chiffres qui circulent ont de quoi donner le tournis. On évoque 13 à 20 milliards de m³ de méthane récupérable, un potentiel de 40 à 80 millions de m³ de gaz par km² de bassin houiller. On fait même miroiter à la Wallonie la perspective de conquérir une précieuse indépendance énergétique. On suscite l'espoir d'un nouveau départ pour le sillon houiller de Liège à Mons.

A vérifier. Ce que s'employait à faire l'Ecolo Jean-Marc Nollet, ministre du Développement durable dans le précédent gouvernement wallon : "Selon les données disponibles, il semblerait que le grisou présent en Hainaut servirait, au mieux à couvrir les besoins en gaz de notre pays pendant trois à quatre ans. Certains experts avancent des chiffres de dix ans pour l'ensemble du grisou en Wallonie. Le potentiel de contribution du gaz de houille à l'indépendance énergétique de la Wallonie est donc existant mais très relatif." Son collègue et coreligionnaire Philippe Henry, ex-ministre wallon de l'Environnement, demandait lui aussi à voir avant de céder à l'emballement.

Dans Le Vif/L'Express de cette semaine, le dossier "Faut-il forer oui ou non ?"

Nos partenaires