Une ONG française dénonce "la filière belge de l'ivoire"

04/03/15 à 18:19 - Mise à jour à 18:19

Source: Belga

L'ONG française "Robin des Bois" dénonce mercredi, dans un communiqué, l'attitude de la Belgique qui s'apprêterait "à écouler sur le marché international des défenses d'ivoire brut importées de France" après leur vente samedi prochain par la maison de ventes Cannes Enchères.

Une ONG française dénonce "la filière belge de l'ivoire"

Last Days de Kathryn Bigelow © lastdaysofivory.com

Alertée par l'ONG ainsi que par la ministre française de l'Ecologie Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement Marie-Christine Marghem n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat.

Fin janvier, la France a décidé de suspendre la délivrance de certificats de réexportation d'ivoire depuis son territoire. "Pour contourner la décision de la France, Cannes Enchères, qui se présente depuis la Côte d'Azur comme le spécialiste mondial de la vente d'ivoire, a pris contact avec l'officine belge Art on the Move", explique l'ONG "Robin des Bois". Art on the Move est une société spécialisée dans le transport d'oeuvres d'art, d'antiquités et d'objets de collection.

Une demi-tonne d'ivoire brut sera soumise aux enchères le samedi 7 mars par Cannes Enchères. Cet ivoire sera ensuite "transférable en Belgique sous le couvert de CIC (Certificat Intra-Communautaire), puis exporté vers la Chine grâce à des permis d'exportation délivrés par les autorités belges", critique l'association de protection de l'Homme et de l'Environnement.

Alexandre Debussy, directeur associé de Cannes Enchères, s'est déclaré "surpris" par l'accusation, en notant que les défenses vendues très légalement pouvaient librement circuler en Europe. "Rien n'empêche les acheteurs étrangers, presque exclusivement des Chinois, d'aller en Belgique ou un autre pays européen pour obtenir un certificat de réexportation, qui n'est désormais plus délivré par la France, a-t-il expliqué à l'AFP, en indiquant s'être effectivement renseigné en Belgique.

"Robin des Bois" et 38 autres ONG internationales appellent dès lors le gouvernement belge à "s'opposer à ce stratagème" et à ne pas délivrer de permis d'exportation pour les défenses d'éléphants vendues par Cannes Enchères. "La Belgique ne peut accepter d'être une plaque tournante du trafic d'ivoire".

En savoir plus sur:

Nos partenaires