Les activités humaines précipitent le déclin de la biodiversité

30/03/18 à 17:46 - Mise à jour à 17:46

Source: Belga

L'urbanisation de nos paysages conduit à l'appauvrissement de la biodiversité, d'après les conclusions d'une étude, publiée vendredi, et menée par l'UCL, la KU Leuven, l'Université de Gand, l'Université d'Anvers et l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique.

Les activités humaines précipitent le déclin de la biodiversité

. © iStockphoto

Près de 60 biologistes issus des cinq institutions ont analysé des échantillons prélevés en 81 endroits dans les environs de Bruxelles, Anvers, Gand et Louvain. Les scientifiques se sont plus particulièrement intéressés à 16 groupes d'espèces, dont des bactéries, des papillons, des puces d'eau, des oiseaux et des poissons. Ils se sont penchés à la fois sur les espèces individuelles et sur la composition des écosystèmes.

D'après leurs observations, les toiles d'araignées, les oiseaux et les coléoptères présentent moins de diversité en milieu urbain. Les toiles d'araignées sont ainsi plus fines et plus petites. Les coléoptères, les mites et les sauterelles sont de plus en plus mobiles et les papillons de moins en moins fréquents dans les villes. Si l'étude montre que les espèces s'adaptent aux milieux urbanisés, elle met également en évidence qu'ils s'y reproduisent moins. La puce d'eau, par exemple, résiste désormais à une température plus élevée qui lui permet de survivre en ville, tandis que les demoiselles ont développé davantage d'endurance en vol. D'autres espèces, comme les araignées et les mésanges charbonnières, font moins de petits.

D'après plusieurs rapports de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), publiés la semaine dernière, les activités humaines précipitent le déclin de la biodiversité partout dans le monde. L'urbanisation est l'une des causes, mais elle n'est pas la seule. L'intensification de l'agriculture, le changement climatique, la surexploitation et l'utilisation non durable des ressources naturelles, la pollution de l'air, des terres et des eaux, le nombre croissant des espèces invasives et leur impact sont également pointés du doigt. (

En savoir plus sur:

Nos partenaires